L'impensé de la gauche ; autour d'un carnet soviétique

Achat Livre : L'impensé de la gauche ; autour d'un carnet soviétique - Michel Onfray
La publication d'un Carnet soviétique écrit lors d'un voyage effectué en URSS en 1983 est l'occasion pour Michel Onfray de critiquer ce qu'il nomme la gauche bifide, l'une libérale, l'autre robespierriste, au nom d'une autre gauche : celle de l'individualisme libertaire. Pour ce faire, il faut penser l'impensé de la gauche. Penser l'impensé de la gauche, est-ce vouloir la fin de la gauche ? Est-ce être de droite, selon la formule d'une certaine gauche qui se voudrait intellectuellement homicide pour qualifier quiconque ne souscrit pas à leurs mythologies, à leurs mensonges, à leurs dénégations ? Est-on de droite parce qu'on n'apprécie ni le tribunal révolutionnaire, ni la guillotine, ni le gouvernement révolutionnaire de 1793, et qu'on préfère la gauche des girondins, celle de Condorcet par exemple ? Est-on de droite quand on rappelle qu'au XIX e siècle, la colonisation est voulue par une gauche qui estime qu'elle exporte ainsi les valeurs de la Révolution française et qu'on préfère la gauche anticoloniale de Clemenceau à celle de Jules Ferry ? Est-on de droite quand on n'oublie pas que la gauche a voté les pleins pouvoirs à Pétain et qu'on lui préfère la gauche des quatre-vingt parlementaires, dont Léon Blum, qui ont voté contre ? Est-on de droite quand on se rappelle que la gauche était grandement antisémite et qu'on lui préfère une gauche philosémite comme celle de Bernard Lazare ? Est-on de droite quand on se demande ce que signifie « socialisme » dans « national-socialisme » et qu'on lui préfère la gauche de la Rose Blanche d'Inge Scholl ? Est-on de droite quand on garde la mémoire qu'en vertu du Pacte germano-soviétique, le PCF a défendu pendant deux ans une politique de collaboration avec l'Occupant nazi en France et qu'on lui préfère le communiste Georges Politzer qui est entré dans la clandestiné dès 1940 ? Est-on de droite quand on s'effare du nombre de gens de gauche qui, ayant connu la Première Guerre mondiale, se sont engouffrés dans la collaboration par pacifisme et qu'on leur préfère le général de Gaulle, ancien combattant de 14-18 et auteur de l'Appel du 18 juin ? Est-on de droite quand on pointe que les socialistes et les communistes étaient opposés à la décolonisation en Algérie dès 1945, qu'ils ont justifié la Guerre et la torture dans ce pays, que le PCF a refusé l'appel à l'insoumission des 121 et qu'on leur préfère les signataires de ce fameux texte initié par Dionys Mascolo et Maurice Blanchot ? Est-on de droite quand on refuse le virage de la rigueur libérale voulu par les socialistes en 1983 et le renoncement à la souveraineté française avec le Traité de Maastricht en 1991 et que l'on préfère la ligne républicaine de Jean-Pierre Chevènement ? Est-on de droite quand on estime que L'Archipel du Goulag dit la vérité du système marxiste-léniniste et que l'on préfère les dissidents, fussent-ils catholiques et de droite, aux commissaires du peuple ? Est-on de droite quand on refuse la marchandisation du corps des femmes et le commerce des enfants et que l'on préfère se retrouver aux côtés de Sylviane Agacinski qui s'y oppose ? Est-on de droite quand on ne souscrit pas à l'islamo-gauchisme et à ses options misogynes, phallocrates, antisémites, belliqueuses, homophobes, et que l'on préfère l'islam hédoniste du poète Adonis ? Est-on de droite quand on refuse de soutenir les crimes terroristes de Cesare Battisti et que l'on préfère l'action non-violente comme Albert Camus ? Est-on de droite quand on déplore que le retour du refoulé maastrichien exprimé par les Gilets Jaunes soit traité par le mépris et l'insulte, puis par la répression policière armée, et que l'on préfère la compagnie de Jean- Claude Michéa qui les comprend et les soutiens ? Ou se contente-t-on de faire l'histoire de la gauche et de rappeler que ce réel, son réel, a bien eu lieu ? Penser l'impensé de la gauche, c'est vouloir la fin de cette gauche bifide, avec une langue libérale et une langue robespierriste. Ma gauche ne fait pas partie de cette gauche bifide, elle en et même très exactement l'antipode. C'est celle de l'individualisme libertaire qui se trouve forte de singularités qui installent dans l'Histoire leur révolte et leur rébellion, leur insoumission véritable et leur indocilité concrète au nom de la liberté. Il n'y a pas de liberté pour le peuple sous le joug de l'État maastrichien ni derrière les barbelés pour l'heure seulement idéologiques des robespierristes. Voline avait bien raison - c'était la leçon de sa Révolution inconnue qui fut mon livre de chevet lors de ce séjour en URSS , c'est son esprit libertaire qui m'a animé et m'anime encore, jusqu'à cette heure où je vois les Gilets Jaunes mourir d'avoir été mordus par Macron puis étouffés par les anneaux constricteurs de Mélenchon.

Ma liste d'envies

L'impensé de la gauche ; autour d'un carnet soviétique

L'impensé de la gauche ; autour d'un carnet soviétique

Michel Onfray

Caractéristiques du produit :
Livre, 112 pages
Référence : 9782718609881
Editeur : GALILEE
Vente Livre :                                    L'impensé de la gauche ; autour d'un carnet soviétique
                                     - Michel Onfray
Achat Livre : L'impensé de la gauche ; autour d'un carnet soviétique - Michel Onfray

Prix 15,00

Disponible

L'impensé de la gauche ;...