Être chrétien aujourd'hui - En 40 pages

Achat E-Book : Être chrétien aujourd'hui - En 40 pages - Jean-Yves Leloup
Extrait Introduction « Pour vous, qu’est-ce qu’être chrétien aujourd’hui » ? La question m’est ainsi posée. Je pourrais la fuir de différentes façons ; en élaborant une approche sociologique de la pluralité chrétienne : orthodoxie, catholicisme, protestantisme, multitude de sectes et de congrégations qui se réclament du Christ, sans oublier les églises mères d’Orient, de Syrie de Palestine et du Liban et leurs avenirs menacés par la montée d’un Islam fondamentaliste et fanatique. Le christianisme occidental de plus en plus coupé de ses racines apparaît comme « dévitalisé », réduit à n’être plus qu’une morale, un humanisme, avec un Évangile précurseur et garant des « droits de l’homme ». Un christianisme réduit à ce qu’en ont fait les « lumières » non de l’intelligence éveillée mais du rationalisme étroit : « une spiritualité sans Dieu ». Mais qu’est-ce qu’une spiritualité sans Dieu ? Un vin, une boisson sans alcool : une limonade. Si elle prétend nous épargner les excès de l’ivresse, elle nous prive aussi de ce qui « réjouit le cœur de l’homme ». On peut parler ainsi de « spiritualité sans Dieu » ou de spiritualité sans Esprit (pneuma), mais non pas sans esprit (noûs). Freud dirait que « ceux qui arrivent à s’enivrer avec une boisson sans alcool lui ont toujours paru un peu bizarre » (S.Freud, L. Baumzanger, « Correspondance 1908-1938 », éd. Calman Levy, 1995, p. 275). Adhérer à une spiritualité laïque ou à une spiritualité sans Dieu est sans doute vouloir se donner du sens, sans se référer à ce qui donne le sens et donc le transcende. Boire du vin sans alcool, n’est-ce pas en effet une bizarrerie ? Pourquoi appeler cela du vin quand ce n’est plus que de la limonade ; mais il ne s’agit pas seulement d’une « bizarrerie » comme le dit Freud, c’est un choix, le choix d’une fermeture ou d’un refus de tout ce qui pourrait transcender notre être pour la mort et lui donner un sens plus que biologique, sociologique ou philosophique. Pour les anciens thérapeutes, la cause de la « chute » dans la dualité et dans le monde pour la mort, c’est la fermeture du noûs au pneuma, la fermeture de notre esprit humain à l’Esprit divin ou l’enfermement dans notre finitude, l’identification à nos limites sans ouverture possible à l’Infini. La « spiritualité laïque » est au christianisme ce que la margarine est au bon beurre et il s’avère que ce n’est pas le meilleur pour la santé. Un christianisme « allégé » se révèle incapable de faire face à la commune angoisse ou torpeur. Plus que par l’approche sociologique ou par l’approche « polémique », je serai davantage tenté par l’approche scientifique, celle d’un Teilhard de Chardin et de son christianisme cosmique, propre à « ré-enchanter » les écologies contemporaines, ou celle d’un Alexandre Ganoczy qui tente de faire dialoguer christianisme et neurosciences. Il y a aussi l’approche philosophique, celle d’un phénoménologue comme Michel Henry dans ses derniers ouvrages sur « l’Incarnation » et les « Paroles de Jésus ». Mais dans ce domaine je resterai fidèle à mes anciens amours, les philosophes russes, Soloviev et Berdiaev qui proposaient, en leur temps, « un christianisme de liberté et de créativité, plus que d’autorité et d’institution »… « Par la liberté créative, l’homme constamment se transcende, se dépasse, s’élève, la liberté est héroïque et c’est pourquoi on ne l’aime pas et on la craint ». La liberté, c’est la vie même du Christ en nous, son nom Yeshoua ne veut-il pas dire  « Celui qui libère, Celui qui sauve, Celui qui nous fait respirer au large » (iesha en hébreu) ? La Liberté tout comme la Vie, l’Amour et la Conscience est la présence de Dieu dans l’homme et c’est cette Vie, cette Conscience et cet Amour qu’à la suite du Christ le chrétien est appelé à incarner aujourd’hui. C’est encore ce que Soloviev indique en parlant de « Théandricité » ou d’humano-divinité, car il n’y a pas de Dieu sans l’homme et pas d’homme sans Dieu, c’est le propre même du Christianisme qui devrait nous délivrer, à partir de l’expérience de l’Incarnation, de tous ces clivages et dualismes, entre matérialisme et spiritualisme, vie éternelle et vie temporelle… Il n’y a pas d’autre réalité que la Réalité, que celle-ci se manifeste de façon « grossière » ou de façon « subtile ». Dans le christianisme le ciel et la terre découvrent leur unité indissociable. À travers nos conflits et nos affrontements, il s’agit en effet, de découvrir que nous sommes faits pour des noces et non pour la guerre. Le kaos (chaos) à travers le logos (Conscience) et le Pneuma (Souffle Amour) est appelé à devenir Cosmos (harmonie). Tous ces thèmes ont été repris et développés ces dernières années par ce grand penseur que fut Raimon Panikkar dans sa « Cosmothéandrie ». Il ne s’agit pas de répéter ce que ces philosophes, sophiologues ou théologiens ont très bien dit, même si leurs œuvres n’ont reçu qu’un faible écho dans le débat contemporain. Je me livrerai donc à une tâche plus modeste, une approche qu’on pourrait qualifier d’« Évangélique », car être chrétien n’est-ce pas d’abord tenter de vivre l’Évangile et d’incarner les informations communiquées par Yeshoua de Jérusalem (le lieu où il a vécu sa passion, est mort et est ressuscité), cet « homme innombrable », irréductible à toute « récupération » et à toute « fixation » ?

Ma liste d'envies

Être chrétien aujourd'hui - En 40 pages

Être chrétien aujourd'hui - En 40 pages

Jean-Yves Leloup

Caractéristiques du produit :
E-Book, 40 pages
Référence : 9782371680272
Sortie le : 20/03/2014
Editeur : UPPR Editions
Format : EPUB
Livre Chapitre
Cet article est proposé par Chapitre.com, partenaire du Club.
Le suivi de votre commande sera assuré par France Loisirs.
Vente E-Book :                                    Être chrétien aujourd'hui - En 40 pages
- Jean-Yves Leloup
Achat E-Book : Être chrétien aujourd'hui - En 40 pages - Jean-Yves Leloup

Prix E-Book 4,49

En stock

Être chrétien...