Autre : Je ne sais plus où mettre mes livres, mes trois bibliothèques sont pleines. Alors depuis que j’ai découvert les boîtes à livres, je les remplies, avec la satisfaction de savoir que d’autres que moi éprouveront le plaisir de découvrir telle ou telle histoire...

Betty

Age : 66 ans

Petite présentation : Passionnée de lecture depuis... que j’ai appris à lire, j’ai des goûts éclectiques allant du roman à thème aux thrillers en passant par des ouvrages à composante scientifique ou philosophique.

Mon auteur préféré : Delphine de Vigan

Mon personnage préféré : Rantanplan

Mon genre préféré : Roman

Mon film préféré : Vincent Munier l’éternel émerveillé

J’aime : Lire et parler de littérature, mais aussi écrire et participer à des ateliers dans lesquels on rencontre des gens passionnés d’écriture comme je le suis. Cuisiner fait aussi partie de ce que j’aime beaucoup faire.

Mon endroit préféré pour lire : Ma terrasse, qui donne sur une mare, bercée par le doux coassement des grenouilles.

Si je devais partir sur une île déserte et ne prendre qu’un seul livre, ce serait : Explorateurs de l’invisible de Jean Staune

Les livres que j'ai lus au Club cette saison

Ma note: 5/5 

Une excellente surprise que ce premier roman d’Olivia Ruiz ! La commode dont vient d’hériter la narratrice a appartenu à sa grand-mère. C’est dans sa peau qu’elle va se glisser pour raconter une vie riche en émotions, pleine de rebondissements, dont le point de départ est la fuite d’une fillette de dix ans avec ses sœurs loin d’une Espagne déchirée par la guerre civile. Le récit se dévore et tient le lecteur en haleine du début à la fin. L’histoire de cette femme, Rita, est aussi terrible que passionnante, la façon dont l’auteure a choisi de se mettre à sa place est osée et convaincante. On y croit, on en redemande !

Il n’est pas rare que chanteurs, acteurs ou hommes et femmes déjà célèbres se lancent dans la rédaction d’un roman. J’ai été très agréablement surprise de découvrir une auteure derrière la chanteuse, car il me semble réellement qu’elle a toutes les qualités requises pour écrire encore et encore d’autres histoires. Je me suis aperçue que j’ignorais presque tout de l’histoire de la guerre civile d’Espagne qui dura de 1936 à 1939. Il semble que les programmes scolaires ne la mentionnent pas ou en tout cas pas en détail. Ce roman est une excellente façon de nous faire prendre conscience des exactions commises durant celle-ci.

Le roman se dévore, on ne peut plus le lâcher, ce qui est dû au rythme diabolique qu’applique Olivia Ruiz à l’histoire de cette « Abuela » qui a tout de la jeune héroïne fougueuse et passionnée. L'auteure a donné vie à une femme de caractère, Rita. Est-ce ou non véritablement sa grand-mère, on l’ignore mais on peut penser que bien des éléments de ce roman sont autobiographiques et cela donne beaucoup de sens à cette terrible mais magnifique histoire. Les personnages sont attachants, chacun à sa manière. L’auteure sait parfaitement décrire des caractères différents grâce à des détails, des réflexions, des dialogues qui installent chaque personne dans son rôle.

Olivia Ruiz a un style qui se décline en phrases courtes, incisives, et en expressions originales et bien trouvées, cela participe amplement au plaisir qu’engendre la lecture de ce récit. Les rebondissements de l’histoire sont fort bien vus, on passe de l’amour le plus fou au drame le plus noir. Les faits livrés peu à peu au lecteur apportent souvent un éclairage différent sur ce qui s’est réellement passé.

La trouvaille de cette commode aux tiroirs colorés livrant peu à peu ses secrets sous forme d’objets pieusement conservés et de récits qui expliquent pourquoi ils l’ont été est une façon très habile de raconter l’histoire passionnante de Rita.