Autre :La pédagogie et la psychologie sont des domaines que j’ai pu investir au cours de mes études et lors des différentes fonctions que j’ai exercées dans l’éducation nationale. Je suis auteure de quelques documents pédagogiques.

Dominique

Age : 66 ans

Petite présentation : Dominique, retraitée mais toujours active, ajoute volontiers à sa liste d’ami(e)s des personnages de fictions rencontrés dans des livres ou des séries télé

Mon auteur préféré : Il y en a trop pour n’en choisir qu’un seul

Mon personnage préféré : Joséphine dans "Les yeux jaunes des crocodiles"

Mon genre préféré : Suspense

Ma série préférée : Cassandre

J’aime : La vie, mes proches, les activités culturelles, sportives et associatives auxquelles je participe

Mon endroit préféré pour lire : Sur mon canapé avec vue sur le jardin

Si je devais partir sur une île déserte et ne prendre qu’un seul livre, ce serait : Il y a zéro risque que cela arrive

Les livres que j'ai lus au Club cette saison

Ma note: 4/5 

Un émouvant suspense psychologique qui entraine le lecteur, sans le perdre, dans les méandres du trouble dissociatif de l’identité dont souffre l’héroïne. Des symptômes troublants que d’aucuns pourtant ont déjà vécus, comme ces petites voix qu’ils entendent parfois. Des passages révoltants relatifs au traumatisme originel qui donne envie de crier : plus jamais ça !

Vous avez peut-être déjà lu « Fractures » de Franck Thilliez et/ou « Le passager » de Jean-Christophe Grangé, pour ne citer que ces deux ouvrages abordant également le thème de la santé mentale. « Si tu t’en vas », relève du même registre. Il est tout aussi captivant en étant toutefois moins sanglant, moins cauchemardesque que les deux romans cités. Il aborde plusieurs thèmes qui trouvent ici chacun leur place : le traumatisme vécu dans l’enfance et ses conséquences, les difficultés de la parentalité, les relations dans le couple et le temps accordé par chacun au travail et à la famille, la maladie mentale, la prise en charge psychiatrique, la thérapie par l’écriture.

Les trois parties de ce roman, portant chacune un titre, structurent le récit. « La fille de la plage », jusqu’à la page 273, est la plus longue. Elle nous maintient dans le questionnement, celui de ses proches et le nôtre, relatif à la disparition d’Eloïse et à la vie sur l’île déserte de la femme sans nom qui le retrouve peu à peu.

« Le fil d’Ariane »,124 pages, nous montre Eloïse prenant conscience de son identité et parallèlement sa famille retrouvant sa trace. Le titre fait référence à la mythologie évoquée à plusieurs reprises dans cette partie. C’est en effet sur l’île de Komméno que Dédale aurait construit le labyrinthe enfermant le Minotaure. Eloïse utilise une pelote de fil rouge pour ressortir de la grotte dans laquelle elle s’est avancée, tout comme Thésée qui a pu grâce à ce fil tuer le monstre et retrouver son chemin. Il est également question de Pandore qui cédant à la curiosité ouvrit la boite qui contenait tous les maux de l’humanité. Elle la referma prestement mais l’espérance y resta enfermée. Le bateau qu’Eloïse retrouve sur la plage, qui l’a amené sur l’île et avec lequel elle essaie de repartir porte le nom de Janus. Dans la mythologie romaine Janus est le dieu des commencements et des fins, des choix, des passages et des portes. C’est un être dual qui a deux têtes, l’une regardant le passé et l’autre l’avenir. Cela symbolise bien notre héroïne qui se remémore des évènements de son enfance et essaie parallèlement de se libérer de ses alter égo.

« Le va-et-vient de la lumière », 31 pages, explique la maladie de la jeune femme et répond aux questions concernant le comment et le pourquoi de ses actes. Le titre est bien choisi car Eloïse navigue entre un état qui semble ordinaire et d’autres où elle reste envahie par les personnalités qui constituent ses identités. Chaque chapitre porte en titre le nom du personnage qui devient narrateur. La date et le lieu le situant sont également précisés. Quand c’est la jeune femme qui parle il n’y pas d’intitulé puisque dès le début du roman elle ne sait pas qui elle est. Les retours dans le temps apportent des éclairages et permettent de mieux comprendre l’évolution de la maladie. Dès le chapitre 18 qui propose un retour en 1986, on comprend que pour affronter la dure réalité Eloïse se servait de son ours Peter comme d’un autre moi.

Une postface intéressante de l’auteure amène à mieux comprendre pourquoi elle a choisi d’aborder dans ce livre la question de la santé mentale en s’attachant particulièrement à la relation entre les troubles mentaux et la maternité qui est souvent une période durant laquelle ressurgissent les démons de notre enfance. Elle pose la question de l’aide existante pour permettre aux victimes ayant subi très tôt des sévices à affronter la parentalité.

Ma note: 4/5 

Vous aimez les beaux objets déco que vous êtes fier(e) de faire vous-même, ce livre vous accompagnera concrètement dans la réalisation de ravissantes compositions en macramé. Un livre DIY pratique pour réaliser sans difficulté des éléments de déco pour la maison ou le jardin dans un style raffiné et élégant.

Ce livre est constitué de deux parties. La première explique sept types de nœuds : nœud de tête d’alouette, nœud plat, nœud plat alterné, nœud renversé, spirale de demi-nœuds, baguette oblique ou en diagonale, ligatures. La seconde présente dix-huit modèles classés par niveau de difficulté : d’une à trois étoiles. Vous pourrez ainsi produire des compositions pour suspendre des plantes en pots, des étagères ou des tablettes prêtes à en recevoir… jouer avec la lumière en fabriquant lampe d’ambiance, baladeuse, photophore… réaliser des décorations murales telles que des attrapes-rêves…

De nombreuses photos illustrent les différentes étapes des pas-à-pas par ailleurs clairement rédigés. Les textes, formulés à la deuxième personne du pluriel de l’impératif s’adressent directement au lecteur. Ils sont courts, structurés et efficaces. Des commentaires, des conseils, des astuces les complètent. Le matériel nécessaire à chaque réalisation est bien précisé.

Déjà rompue à la technique traditionnelle du macramé, j’ai retrouvé avec plaisir les explications concernant les différents types de nœuds et j’ai repéré quelques modèles bien attirants pour me relancer dans une réalisation.