Accueil Livres Suspense-SF Fantastique, SF, Fantasy L'épée de vérité, tome 1 : La première leçon du sorcier
L'épée de vérité, tome 1 : La première leçon du sorcier
Terry Goodkind
640 pages
(série en 14 tomes)
Couverture souple. 15,4 x 24 cm
Réf : 302940
Avec ce livre, cumulez 10 Points Club
Au lieu de 25,00  (prix public)
Disponible
Résumé
Jusqu’à ce que Richard Cypher sauve cette belle inconnue des griffes de ses poursuivants, il vivait paisiblement dans la forêt. Elle ne consent à lui dire que son nom : Kahlan. Mais lui sait déjà, au premier regard, qu’il ne pourra plus la quitter. Car désormais, le danger rôde en Hartland. Des créatures monstrueuses suivent les pas de l’étrangère. Seul Zedd, son ami le vieil ermite, peut lui venir en aide… en bouleversant son destin. Richard devra porter l’Épée de Vérité et s’opposer aux forces de Darken Rahl, le mage dictateur.
Ainsi commence une extraordinaire quête à travers les ténèbres. Au nom de l’amour. À n’importe quel prix.
Pourquoi on l'a choisi
Pas un roman, un raz-de-marée ! Terry Goodkind est le nouveau prodige de la fantasy américaine. Son cycle de L’épée de vérité s’est vendu, en quelques mois, à plus de vingt millions d’exemplaires. Il réussit l’exploit de réunir tous les publics sous sa bannière : traîtrise, aventure, intrigue, amour, tous les ingrédients sont là ! De quoi attirer tous les amateurs de Tolkien.
Moyenne des avis :Les avis des internautesNombre d'avis :29
sourine
Le 13 août 2009
Tout bonnement captivant...
Ma sœur, qui m'a conseillé cette saga, m'a dit "tu devrais le lire, tu vas voir, tu ne seras pas déçue...". Ses goûts et les miens étant relativement proches, je me suis attaquée aux premières pages avec tout de même quelques doutes... De la fantasy ? oui, pourquoi pas... Le résumé, quant à lui, ne me disait pas grand chose. A la lecture des premières lignes, je n'ai pas décelé une habilité d'écriture exceptionnelle mais puisque l'on ne m'en avait dit que du bien : continuons ! Bien m'en a pris car c'est ensuite que l'on se laisse emporter par l'histoire de Kahlan Amnell et du Sourcier de Vérité, Richard Cypher. Les volumes de cette saga se dévorent littéralement. L'épopée est dense et palpitante et chaque fin de tome amène un : "elle sort quand la suite ?".
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 12 janvier 2005
Magiquement fascinant
Ce livre est un envoûtement pur, qui vous entraîne dans une histoire magique des plus haletantes et des plus fascinantes. Je ne suis pas une lectrice de ce genre de livre mais sa couverture m'a attirée, je l'ai lu en 3 jours tellement il m'a accrochée et je vous envoie ma (bonne) critique la dernière page tournée. J'attends la suite avec impatience...
Il y a 1 commentaire associé à cet avis.
Si vous souhaitez commenter cet avis, merci de vous identifier en cliquant ici.
Remarque de GG93 du 08/06/10
Pourquoi 0 sur 5 vu le commentaire enthousiaste ?
BLIGNY ANNE
Le 14 juillet 2008
Génial !
Tout simplement génial... Tout se mélange entre histoire d'amour, guerre, magie... L'auteur ne nous laisse pas une seconde de répit...
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 22 janvier 2006
Un monde que je ne soupçonnais pas
Voilà le premier livre héroïque fantaisy que j'ai lu, offert comme il se doit à une novice dans mon genre par un membre de ma famille. Je suis restée perplexe par la couverture et le résumé. Quoique je puisse en penser, je l'ai lu "pour voir" et là oh surprise !, j'ai été littérallement absorbée dans cette aventure, découvrant au fil des pages, qui ne défilent jamais assez vite et qui ne sont jamais assez nombreuses, les aventures de Kahlan et Richard. Un plaisir du début à la fin avec une intrigue qui vous laisse un goût de trop peu lorsque vous arrivez à la fin du roman vous implorant de continuer avec le 2ème tome.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
BERTHELOT LINE
Le 04 janvier 2006
super bien
Ce livre est très bien et j'adresse mes compliments à l'auteur.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 11 janvier 2007
De mieux en mieux
Au premier tome, on se dit que c'est vraiment bien, au second que c'est encore mieux. Au troisième, on pense avoir lu le meilleur, mais au quatrième on est encore surpris... Mais où va-t-il chercher toutes ces idées ? J'attends une suite avec impatience tant ces livres sont captivants. Un grand bravo à l'auteur !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 13 janvier 2007
Enfin....
Mieux que "Le Seigneur des Anneaux".
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 02 janvier 2006
De la balle
Le premier tome est vraiment excellent, la suite va vous faire voyager.. une fois dedans c'est très dur de décrocher.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 09 janvier 2005
Qu'il est dur d'attendre la suite !
Fantasy ? Vous avez dit fantasy ! Non, fantastique ! Une écriture fluide, précise, qui vous plongera dans une grande aventure, à la découverte de deux héros qui vont devoir se découvrir et apprendre à utiliser la première leçon du sorcier. Une grande saga. Le seul bémol : devoir attendre la suite !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 26 octobre 2008
Entraînant !
Ce livre, comme les suivants de la série, décrit une histoire bien racontée et assez prenante. Il est difficile de s'arrêter de lire une fois qu'on a commençé. Mais c'est un livre à ne pas recommander aux âmes sensibles car la minutie mise dans la description des scènes de torture et de barbarie peut choquer.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 24 février 2008
Superbe !
Ce livre est magnifiqu; excellent. Il regroupe, (je crois), toutes les émotions possibles et je l'ai vraiment adoré. Je vais vite commander les autres car je m'y suis vraiment accroché ;) A lire ABSOLUMENT !!! :)
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
JACQUEMART STEPHANIE
Le 19 janvier 2006
Exceptionnel
Franchement, c'est un livre qu'il faut lire si l'on aime la science fiction et notamment la magie et les aventures qui tournent autour. C'est un livre très prenant, on rentre rapidement dans son univers. De plus c'est très bien écrit. Il y a à la fois de l'aventure, de la romance, un peu d'humour... Bref à lire absolument. (Le tome 2 est encore mieux ;) J'ai hâte de lire le troisième !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Merluchon
Le 09 juin 2009
Une belle épopée
Un style fluide et captivant. Terry Goodking nous offre une saga où chaque tome est une nouvelle aventure avec des personnages de plus en plus attachants. Un univers digne de Tolkien...
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
VIALA ANNA
Le 26 janvier 2006
J'ai adoré
Ce livre est simplement génial de la première à la dernière page. Dommage qu'il faille attendre autant entre chaque parution.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
DAMAS FABIENNE
Le 09 janvier 2006
A lire absolument !!!
J'ai dévoré le premier, englouti le second et j'entame le troisième. Vite, vite je veux la suite. C'est un des meilleur cycle fantasy que j'ai lu. A tous ceux qui ne l'ont pas encore commencé, hâtez-vous !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
SENECAL CHRISTELLE
Le 04 août 2009
A lire
A vous de vous faire une idée, à lire........
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 03 août 2009
Très bien
Très bon livre, ça donne vraiment envie de lire la suite, vraiment très captivant, bravo.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Animor
Le 26 novembre 2009
Ma saga préférée !
Que dire ? Rien, à part... Lisez-le !!!!
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
BOURHIS ANTHONY
Le 08 octobre 2009
Juste génial
Moi qui mets d'habitude plus d'un mois à lire un livre, j'ai dévoré celui là en moins de temps qu'il ne faut pour le dire. J'ai ris, frissonné avec Richard et Kalhan, tous les sentiments y passent. En un mot GENIALISSIME.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 09 avril 2010
Pas pour les enfants
Je termine le 2ème volume de cette saga. Le 3ème et 4ème m'attendent et je compte bien aller jusqu'au 8ème, même si par moment j'ai hésité à continuer... Pour les adeptes de Fantasy, cette épopée devrait combler ! En revanche, il est tout de même important de signaler que, contrairement au Seigneur des Anneaux, ce n'est pas une histoire à mettre entre des mains d'enfants (et/ou jeunes ados). La violence y est très présente, et relativement détaillée. Je trouve d'ailleurs étonnant les comparaisons faites avec l'univers de Tolkien. L'ambiance n'est absolument pas la même, le Seigneur des Anneaux est de loin supérieur en qualité d'écriture, et pour son univers inventé. L'épée de vérité est un bon roman, mais à presque tous les chapitres je me pose cette question : "Pourquoi l'auteur met autant de violence (= cruauté, torture, viols...) dans son histoire ?"
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 18 décembre 2010
Captivant
Je ne suis pas déçue par ce livre pourtant je ne suis pas fan de ces univers sur la sorcellerie. Je trouve qu'il est très bien écrit et captivant. Je viens d'acheter les 3 tomes suivants et je suis pressée de savoir la suite. Je le recommande.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Ganhima
Le 22 juin 2010
Captivant
A la sortie de cette saga, les critiques annoncées le nouveau Tolkien, je pense que l'on en est encore loin. Cependant l'intrigue est passionnante, les tomes se dévorent les uns après les autres. Le lecteur va de surprises en surprises. Seul petit bémol, l'auteur qui passe trop souvent des détails crus voire atroces, à la plus grande mièvrerie, comme si il ne pouvait se décider entre les deux. En tout cas à lire pour tous les fans de fantasy.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
bambou01
Le 15 février 2011
Tout simplement génial
J'ai connu ce livre grâce à la série "Legend of the seeker: l'épée de vérité". J'ai décidé de lire le livre et franchement je n'ai pas regretté. Depuis j'ai lu les tomes 2 et 3 et je vais attaquer les suivants.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Megalodon
Le 12 juin 2011
Good !!!
Après un début difficile (j'ai eu du mal à plonger dans l'univers de Richard et Kahlan), l'aventure m'a transporté et j'ai pris énormément de plaisir à lire ! Une jolie aventure dont je lirai la suite prochainement. Ça m'a un peu rappelé l'enthousiasme que j'ai ressenti en lisant du Tolkien...
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 08 mai 2011
A lire absolument
Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un roman de fantasy de cette envergure. L'intrigue est très bien construite, les personnages inoubliables et l'écriture irréprochable. Plus d'une fois, je me suis demandé : "Mais comment va-t-il faire pour dénouer tout ça ?" ; "Mais comment tout ceci peut-il bien finir ?" ; etc. L'auteur n'a cessé de me surprendre. Je ne regrette pas de m'être laissée tenter par une vendeuse de France Loisirs, qui a bien su cerner mes goûts (c'est elle également qui m'avait suggéré de lire "Fille noire, fille blanche"), et je n'ai qu'une hâte : être demain, pour pouvoir m'acheter le tome suivant. Ma foi, avec tous les tomes qui sont sortis, j'ai du pain sur la planche !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Dodo27600
Le 25 août 2011
A dévorer... sans modération !
J'ai littérallement avalé ce livre en quelques jours ! J'ai d'abord connu cette histoire grâce à la série relatant les aventures de Kahlan et Richard "Legend of the seeker". Certes le roman est assez différent mais les personnages sont tout aussi attachants. J'ai hâte de lire la suite que je viens de commander !!
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 20 juillet 2011
Un pur régal !
Beaucoup de pages et ce n'est pourtant que le premier tome d'une saga qui en compte 12... L'intrigue est bien ficelée, à chaque fois que l'on pense avoir résolu une énigme, en voilà une autre qui pointe le bout de son nez ! Les personnages ont chacun leur caractère mais les héros n'ont pas que des qualités : ce qui les rend plus attachants. Je m'étais décidée à me lancer dans cette saga après avoir lu des avis de lecteurs ravis ayant comparé "L'épée de vérité" avec "Le seigneur des anneaux" et je m'attendais certes à un agréable moment mais j'avoue être surprise car à aucun instant, je n'ai été ennuyée par des détails "superflus" contrairement à la trilogie. Les lecteurs ayant lu les deux remarqueront un personnage qui présente de nombreuses similitudes avec un certain "Gollum". Clin d'oeil de l'auteur ? J'ai presque fini ce tome et j'ai hâte de passer au 2 ! J'espère ne pas lire trop vite pour ne pas trop attendre les derniers tomes...
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
GIRODO CAROLINE
Le 20 juillet 2011
A lire sous tous les prétextes !
J'ai découvert cet ouvrage par hasard et... j'ai A-DO-RÉ !! Magie, humour, aventure, sentiments et j'oublie d'autres ingrédients que l'auteur a su bien parsemer. Le plus pour moi : la leçon de vie apprise par le héros... qui est ainsi offerte au lecteur, mieux qu'un livre de développement personnel, comme "se concentrer sur la solution, pas le problème"... Je crois que c'est clair, je recommande sa lecture :-)
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Opsine
Le 28 novembre 2012
Une superbe aventure !
Le premier tome de cette série est juste génial. Un bon dosage entre héroique fantaisie et histoire d'amour. De belles valeurs dans un livre qui vous tiendra en haleine ! J'en suis au douzième tome et je suis toujours accro à Richard et Khala !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Terry Goodkind grandit à Omaha, Nebraska. Après ses études, il exerce plusieurs métiers : peintre en faune et flore, luthier, restaurateur d'artefacts rares et exotiques, acquérant ainsi un bagage culturel qui s'avérera fort utile dans son écriture.
En 1983, Goodkind s'installe dans les forêts du nord-est américain qu'il aime tant. Là, dans les bois, non loin de l'océan, il construit la maison dans laquelle il vit en compagnie de sa femme, Jeri.

C'est au début des années 1990 que la saga de L'Épée de vérité va naître dans son esprit.
« Dès que j'ai commencé à jeter les premières lignes de L'Épée de vérité sur le papier », dit-il, « j'ai su que je venais de trouver ma voie. J'avais enfin trouvé ce à quoi j'allais dédier ma vie ».
Lu dans la presse
« Ce roman va tout balayer sur son passage, comme le firent ceux de Tolkien dans les années 60. »

Marion Zimmer Bradley,
auteur des Dames du lac
Extrait
Chapitre premier

Une étrange variété de plante grimpante…
Des feuilles panachées brunâtres s'enroulaient autour de la liane qui étranglait lentement le tronc lisse d'un sapin baumier. De la sève suintant de son écorce blessée, ses branches desséchées inclinées vers le sol, l'arbre semblait appeler au secours dans l'air frais et humide de la matinée. Sur toute la longueur de la liane, à intervalles irréguliers, des cosses scrutaient les alentours comme si elles redoutaient que des témoins surprennent cet assassinat végétal.
Évoquant une créature déjà immonde de son vivant, l'odeur de décomposition avait attiré l'attention de Richard. Il passa une main dans ses cheveux épais pendant que son esprit émergeait des brumes du désespoir, ramené à la réalité par la découverte de la plante tueuse. Puis il regarda autour de lui pour voir s'il y en avait d'autres. Rien. Tout semblait normal. Caressés par la brise, les érables du haut plateau de la forêt de Ven arboraient fièrement leur nouveau manteau cramoisi. Avec les nuits plus froides, leurs cousins des bois de Hartland, dans les plaines, se mettraient bientôt à l'unisson. Derniers à succomber aux assauts de l'automne, les chênes conservaient stoïquement leur feuillage vert sombre.
Pour avoir passé la plus grande partie de sa vie dans les bois, Richard connaissait toutes les plantes, même si leurs noms lui échappaient parfois. Depuis sa petite enfance, son ami Zedd l'associait à son incessante quête d'herbes « spéciales ». Expliquant pourquoi elles poussaient à certains endroits et pas ailleurs, il lui avait montré lesquelles chercher et avait profité de leurs longues promenades pour lui apprendre le nom de tout ce qu'ils voyaient. Souvent, ils s'abandonnaient simplement au plaisir de longues conversations. Le vieil homme, qui traitait Richard comme un égal, posait autant de questions qu'il fournissait de réponses. Ainsi, il avait stimulé la soif de connaissances de son protégé.
Malgré cette formation exhaustive, Richard n'avait vu cette variété de liane qu'une fois… et ce n'était pas au cœur de la nature. Dans la maison paternelle, au fond du vase en argile bleu fabriqué quand il était enfant, il avait trouvé un petit morceau de la plante… Marchand de son métier, son père voyageait beaucoup pour se procurer des objets rares ou exotiques. Les puissants de leur communauté lui rendaient de fréquentes visites, intéressés par ce qu'il avait déniché. Amoureux de la recherche plus que de la découverte – et surtout de la possession – il se séparait sans rechigner de sa dernière trouvaille, trop heureux de se mettre en quête de la suivante.
Depuis sa plus tendre enfance, Richard aimait rester près de Zedd pendant que son père était au loin. Michael, son frère aîné, se désintéressait de la nature, ne supportait pas les bavardages décousus du vieil homme et préférait de loin la compagnie des gens importants. Cinq ans plus tôt, Richard avait quitté la maison familiale pour vivre seul. Au contraire de son frère, toujours trop occupé, il allait souvent voir leur père. En cas d'absence, un message déposé dans le vase bleu l'informait des dernières nouvelles, résumait les rumeurs intéressantes ou décrivait la plus récente merveille vue par son géniteur.
Trois semaines plus tôt, quand Michael lui avait annoncé qu'on venait d'assassiner leur père, Richard avait aussitôt couru jusqu'à sa maison. Tant pis si son frère avait insisté pour qu'il n'en fasse rien, convaincu que c'était inutile ! N'avait-il pas depuis longtemps passé l'âge où on obéit à son aîné ?
Pour lui épargner un choc, on ne lui avait pas laissé voir le cadavre. Mais les flaques de sang noir et sec, sur le plancher, parlaient d'elles-mêmes. À son approche, les gens s'étaient tus – sauf pour lui manifester une compassion qui attisa son chagrin. Mais plus tard, il avait capté des bribes de conversation au sujet des… créatures… qui franchissaient la frontière. Un mélange d'histoires plausibles et de rumeurs délirantes.
La sorcellerie !
La petite maison de son père était ravagée comme par une tornade. Parmi les rares objets intacts, le vase bleu reposait toujours sur une étagère. Au fond, il avait découvert un petit morceau de la plante tueuse – encore dans sa poche aujourd'hui. Mais le sens de cet ultime message lui échappait…
Richard sombra dans le chagrin, puis dans la dépression, et se sentit abandonné bien qu'il eût encore son frère. Avoir atteint l'âge d'homme ne le protégea pas du sentiment d'être orphelin et seul au monde. Un désespoir qu'il avait déjà connu lors du décès de sa mère, des années plus tôt. Même si son père voyageait par monts et par vaux – souvent des semaines entières –, Richard savait qu'il était quelque part et qu'il reviendrait.
À présent, il ne reviendrait plus.
Et Michael ne le laisserait pas participer à la traque du meurtrier ! Les meilleurs pisteurs de l'armée s'en chargeaient. Pour son propre bien, Richard – prétendait-il ! – ne devait pas s'en mêler. Dans ces conditions, le jeune homme n'avait pas jugé utile de lui montrer le dernier message de leur père.
Mais il était parti dans la forêt tous les jours, décidé à trouver la liane. Trois semaines durant, il avait arpenté les sentiers des bois de Hartland, y compris ceux qu'il était seul à connaître. En vain !
Alors, malgré ce que lui dictait la logique, il céda aux voix qui murmuraient dans son esprit et monta sur le haut plateau de la forêt de Ven, près de la frontière. Les voix lui répétaient sans cesse qu'il savait quelque chose sur les raisons de la mort de son père. Elles le défiaient, lui faisaient entendre l'écho de pensées qui dansaient à la limite de son conscient et se moquaient de son aveuglement. Mais c'était sûrement son chagrin qui lui jouait des tours – rien de réel, en somme.
Persuadé que trouver la liane lui fournirait un début de réponse, il ne savait plus que penser. Les voix ne le harcelaient pas, elles… boudaient. Certain que tout venait de son esprit, il s'ordonna de cesser d'attribuer à ces murmures une vie propre. Zedd aurait été navré qu'il s'abandonne à ces fantaisies.
Richard regarda le grand sapin baumier agonisant et repensa à la mort de son père. La liane était présente dans les deux cas, et elle assassinait cet arbre. Il n'y avait rien de bon dans tout ça. Et s'il ne pouvait plus sauver son père, rien ne l'obligeait à laisser le végétal commettre un autre meurtre. Saisissant la tige, il tira, banda ses muscles et arracha de l'écorce les vrilles noueuses.
Alors, la plante l'attaqua !
Une cosse frappa le dos de sa main gauche, le forçant à reculer sous l'effet de la douleur et de la surprise. Quand il inspecta la blessure, il repéra une minuscule épine enchâssée dans sa chair. Maintenant, il n'y avait plus de doute. La liane était maléfique.
Pour extraire l'épine, Richard voulut prendre son couteau, mais il ne le trouva pas à sa ceinture. D'abord étonné, il se maudit d'avoir laissé le chagrin lui faire oublier une précaution aussi élémentaire. Emporter son couteau dans la forêt allait pourtant de soi ! Du bout des ongles, il tenta de déloger l'épine. Comme si elle était vivante, elle s'enfonça encore. De plus en plus inquiet, il passa l'ongle de son pouce sur l'entaille en appuyant très fort. Peine perdue ! Plus il insistait, plus le petit corps étranger s'enfonçait. En proie à une nausée aggravée par ses manœuvres inutiles, il renonça.
L'épine avait disparu dans un cloaque de sang…
Richard regarda autour de lui et avisa les feuilles d'automne mordorées d'un arbuste lesté de baies violettes. Au pied du végétal, nichée dans les replis d'une racine, il trouva ce qu'il cherchait : une fleur d'aum. Soulagé, il coupa la tige fragile à ras du sol et, la pressant doucement, fit couler sur sa blessure une sève épaisse claire comme de l'eau. Mentalement, il remercia Zedd de lui avoir enseigné que les fleurs d'aum favorisaient la guérison des plaies. Leurs feuilles dentelées lui rappelaient toujours son vieil ami…
La sève apaiserait la douleur, mais ne pas pouvoir retirer l'épine l'inquiétait. D'autant qu'il la sentait toujours se tortiller comme un ver dans sa chair.
Richard s'accroupit, creusa du bout des doigts un petit trou dans la terre, repiqua la fleur d'aum et entoura la tige de mousse pour qu'elle s'enracine plus facilement.
Soudain, un silence de mort tomba sur la forêt. Richard leva la tête et cligna des yeux quand une ombre noire, au-dessus de lui, rasa la cime des arbres en émettant un étrange sifflement. La taille de cette ombre était effrayante. Les oiseaux s'envolèrent des branches dans un concert de piaillements et s'éparpillèrent dans toutes les directions. Richard plissa les yeux pour mieux voir à travers les trouées de la frondaison vert et roux et aperçut une énorme créature rouge. Bien qu'il fût incapable de l'identifier, les rumeurs – et les histoires vraies – sur les monstres qui franchissaient la frontière lui revinrent à l'esprit et il se sentit glacé de terreur jusqu'aux os.
La liane était maléfique, pensa-t-il de nouveau. Et la bête volante n'avait rien à lui envier. Il se souvint soudain d'un vieux dicton : « Le mal engendre toujours trois enfants. » Inutile de réfléchir des heures pour conclure qu'il n'avait aucune envie de connaître le troisième !
Ignorant sa peur, il se mit à courir.
Des radotages de gens superstitieux, voilà pour les dictons ! Mieux valait tenter d'en savoir plus sur le monstre. Quelle créature rouge pouvait être aussi grosse ? Rien d'aussi imposant n'était capable de voler. Ce devait être un nuage, ou un jeu de lumière…
Non, inutile de se leurrer. Ce n'était pas un nuage…
Richard leva la tête sans ralentir et ne vit rien de plus. Il courait vers le chemin qui serpentait autour de la colline, offrant une vue dégagée sur le ciel. Tandis qu'il sautait au-dessus des troncs d'arbres morts et des ruisseaux, des branches encore lourdes des pluies de la veille lui flanquaient de formidables gifles. Les buissons d'épineux déchiquetaient les jambes de son pantalon. Des flaques irrégulières de lumière l'incitaient à lever les yeux, puis l'éblouissaient pour mieux l'empêcher de voir. Haletant, le front couvert d'une sueur froide, il sentait son cœur s'affoler, poussé aux limites de sa résistance par la vitesse à laquelle il dévalait la pente. Manquant de peu s'étaler, il émergea enfin du couvert des arbres et déboucha sur le sentier.
Il repéra aussitôt la créature, beaucoup trop loin de lui pour qu'il puisse l'identifier. Il aurait pourtant juré qu'elle avait des ailes. Afin de s'en assurer, il plissa les yeux et mit une main en visière. Mais le monstre disparut derrière une colline, trop vite pour qu'il voie s'il était vraiment rouge.
À bout de souffle, Richard s'assit sur un rocher, au bord du sentier. Cassant machinalement les brindilles mortes d'un arbrisseau, près de lui, il baissa les yeux sur le lac Trunt, dont les eaux miroitaient au pied de la colline. Devait-il tout raconter à Michael ? La liane tueuse et la créature rouge dans le ciel ? Son frère éclaterait de rire en l'entendant parler du « monstre ». Comme il s'était lui-même esclaffé de ce genre de fables…
Mieux valait ne rien dire. Sinon, Michael serait furieux qu'il se soit aventuré près de la frontière. Et qu'il ait désobéi à l'ordre de ne pas poursuivre le meurtrier. Pour le couver comme ça – ce n'était pas très loin du harcèlement – son frère devait beaucoup l'aimer, il en avait conscience. Devenu adulte, il avait le droit de se moquer des diktats fraternels. Mais ça ne l'empêcherait pas de devoir supporter les regards désapprobateurs…
Richard cassa une autre brindille. Pour se défouler, il la jeta sur un rocher plat. Puis il décida de ne pas se sentir persécuté. Michael passait son temps à dire aux gens ce qu'ils devaient faire. Même leur père n'y avait pas échappé.
Était-ce vraiment le moment de critiquer son frère ? Alors qu'un grand jour s'annonçait pour lui ? Dans quelques heures, il accepterait la charge de Premier Conseiller. Désormais, il serait responsable de tout. Pas seulement de la cité de Hartland, mais de toutes les agglomérations, villes ou villages, de Terre d'Ouest. Sans oublier les gens des campagnes ! Oui, responsable de tout et de tous. Michael méritait le soutien de Richard. Et il en avait besoin. Après tout, lui aussi avait perdu son père…
L'après-midi, il y aurait chez Michael une cérémonie puis une grande fête. Des gens importants venus des quatre coins de Terre d'Ouest y assisteraient. Richard aussi était invité. Tant mieux, car le banquet serait à la hauteur de l'événement, et il avait une faim de loup !
En réfléchissant, Richard scrutait la berge opposée du lac Trunt, en contrebas. De cette hauteur, les eaux limpides laissaient voir des alternances de fonds rocheux tapissés d'algues vertes autour de certains grands trous. Au bord du lac, la piste des Fauconniers serpentait entre les arbres, parfois en terrain découvert. Richard avait souvent emprunté cette partie du sentier. Au printemps, les eaux du lac, grossies par les pluies, la transformaient en bourbier. Si tard dans l'année, la terre serait sèche. Plus loin au nord et au sud, à travers la forêt de Ven, la piste s'approchait dangereusement de la frontière. Prudents, la plupart des gens lui préféraient les sentiers des bois de Hartland. Forestier accompli, Richard y avait accompagné plus d'un voyageur. En majorité des dignitaires en déplacement plus intéressés par le prestige d'avoir un guide local que par son sens de l'orientation.
Richard sursauta. Il venait de capter un mouvement. Intrigué, il fixa un point, sur la berge la plus éloignée du lac.
Une ombre passa derrière un mince écran de végétation. Plus de doute possible : un être humain suivait la piste. Son ami Chase ? Sans doute… À part un garde-frontière, qui s'aventurerait par là ?
Richard sauta de son rocher, jeta au loin les brindilles et avança de quelques pas. La silhouette venait d'atteindre la berge du lac et marchait à découvert.
Ce n'était pas Chase, mais une femme. Et vêtue d'une robe, en plus de tout ! Comment pouvait-on être stupide au point d'errer ainsi accoutrée dans les profondeurs de la forêt de Ven ? Richard regarda l'inconsciente apparaître et disparaître à sa vue au gré des détours de la piste. Sans se précipiter, elle avançait d'un bon pas, comme l'eût fait un voyageur expérimenté. Ce qu'elle devait être, puisque personne ne vivait au bord du lac…
D'autres mouvements attirèrent l'attention de Richard. Sondant la piste, il constata que la femme était suivie. Trois hommes – non, quatre ! – habillés de manteaux à capuche de forestiers. Passant furtivement de rocher en arbre et d'arbre en rocher, ils restaient à bonne distance de la voyageuse – sans jamais la quitter des yeux.
Richard se tendit, tous les sens en alerte.
Ces hommes traquaient une proie.
De toute évidence, il venait de rencontrer le troisième enfant du mal.


Chapitre 2

Richard resta un instant immobile, indécis. Comment être sûr – avant qu'il soit trop tard – que les quatre hommes traquaient vraiment la femme ? Et en quoi cela le concernait-il ? D'autant plus qu'il n'avait pas son couteau. Contre autant d'adversaires, il n'aurait aucune chance.
Il regarda la femme avancer.
Puis il observa ses poursuivants.
Quelles chances avait la voyageuse ?
Il se ramassa sur lui-même, muscles noués et durcis par l'effort. Que pouvait-il faire ? se demanda-t-il, le cœur battant la chamade. Le soleil matinal lui brûlait le visage et la peur accélérait sa respiration.
Alors, une idée lui vint. Un raccourci donnait sur la piste des Fauconniers, à un endroit que la femme atteindrait dans quelques minutes. Mais où était-il exactement ? La piste principale contournait le lac, gravissait la colline par la gauche et passait là où il se tenait. Si elle ne bifurquait pas, il pouvait attendre la voyageuse et l'avertir du danger. Mais que faire ensuite ? De plus, les hommes l'attaqueraient sans doute avant. Cédant à une impulsion, Richard commença à dévaler la piste.
S'il rejoignait la femme avant l'attaque – et avant l'embranchement – il pourrait lui faire emprunter le raccourci. Ce chemin conduisait hors de la forêt, sur un plateau, puis s'éloignait de la frontière, vers Hartland. Là où ils trouveraient de l'aide. Et s'ils se décidaient assez vite, il pourrait dissimuler leurs traces et les quatre hommes ne s'apercevraient de rien. Croyant leur proie sur la piste principale, ils comprendraient leur erreur trop tard, quand Richard et sa protégée seraient depuis longtemps en ville.
Mal remis de sa course précédente, Richard haleta comme jamais en dévalant la pente raide. La piste s'enfonçant de nouveau entre les arbres, il ne risquait pas que les quatre chasseurs le voient. Au pied des antiques pins qui flanquaient le sentier, un tapis d'aiguilles étouffait le bruit de ses pas…
Richard ralentit un peu et chercha du regard le chemin latéral. Il ignorait quelle distance il avait parcourue et la forêt ne lui offrait aucun point de repère. Où était ce maudit raccourci ? Passer devant un sentier aussi étroit sans le voir était si facile !
Richard continua avec l'espoir de découvrir le raccourci derrière chaque tournant de la piste. Que dirait-il à la femme quand il la rejoindrait ? Et si elle le prenait pour le complice de ses poursuivants ? Si elle avait peur de lui ? Si elle refusait de le croire ? Il n'aurait pas beaucoup de temps pour la convaincre de ses bonnes intentions…
Au sommet d'une petite butte, il chercha de nouveau la bifurcation, ne vit rien et continua à courir. Hors d'haleine, chaque inspiration lui était une torture. Mais s'il n'atteignait pas l'embranchement avant la voyageuse, ils seraient piégés, leurs seules options restant de courir plus vite que les quatre hommes… ou de les combattre. Dans son état de fatigue, les deux possibilités n'étaient pas envisageables.
Cette idée lui redonna un peu de force. De la sueur ruisselait dans son dos et sa chemise lui collait à la peau. La tiédeur matinale semblait avoir cédé la place à une chaleur étouffante, mais c'était une illusion due à l'épuisement. Au bord du chemin, les arbres défilaient si vite qu'il ne les distinguait presque plus…
Juste avant un tournant abrupt, vers la droite, il repéra au dernier moment l'entrée du raccourci. Une rapide inspection du sol lui apprit que la femme n'était pas encore passée. Soulagé, il s'agenouilla, s'assit sur les talons et essaya de reprendre son souffle. La première partie de son plan était un succès ! Il avait battu la voyageuse de vitesse. Restait à la persuader de le suivre…
La main droite comprimant son point de côté, le souffle encore court, il se demanda pour la première fois s'il n'était pas en train de se ridiculiser. Et s'il s'agissait d'une jeune fille et de ses frères ? D'un jeu, peut-être… Ce serait lui, le dindon de la farce ! Et tout le monde rirait à gorge déployée.
Sauf lui !
Il regarda la blessure, sur le dos de sa main. Rougeâtre, elle pulsait douloureusement. Il se souvint de la créature rouge, dans le ciel…
La femme marchait avec une détermination qui n'évoquait pas un jeu. De plus, c'était une adulte, pas une jeune fille. Et l'angoisse qu'il avait éprouvée en voyant ses quatre poursuivants… Le troisième événement étrange de la matinée. Le dernier enfant du mal… Non, ses yeux ne l'avaient pas trompé. Ces gens-là ne s'amusaient pas. Des chasseurs et une proie, voilà ce qu'ils étaient !
Richard se releva à demi, des vagues de chaleur déferlant dans son corps. Plié en deux, les mains autour des genoux, il prit quelques inspirations rapides avant de se redresser complètement.
La femme déboucha du tournant, juste devant lui. Un instant, il en eut le souffle coupé. Ses longs cheveux bruns soyeux dessinaient les contours de son corps. Presque aussi grande que lui, elle devait avoir environ le même âge. Sa robe ne ressemblait à rien qu'il eût jamais vu : presque blanche, à ras du cou, la taille ceinte d'une lanière de cuir lestée d'une bourse. Le tissu, fin, lisse et brillant, n'était orné d'aucune dentelle ou jabot, contrairement aux atours féminins dont il avait l'habitude. Nulle tache de couleur, pas de motif imprimé pour détourner l'attention de la manière dont le vêtement mettait en valeur les formes de la voyageuse. Bref, l'élégance de la simplicité !
Quand elle s'immobilisa, les longs plis gracieux de sa traîne s'enroulèrent autour de ses jambes. Une silhouette indubitablement régalienne…
Richard fit quelques pas vers elle et s'immobilisa à une distance suffisante pour ne pas paraître hostile. Elle ne broncha pas, les bras le long du corps. Ses sourcils, remarqua-t-il, rappelaient la forme élancée d'un oiseau de proie en plein vol. Ses yeux verts se rivèrent hardiment dans les siens. Un contact si intense qu'il menaça de lui arracher toute conscience de sa propre identité. En un éclair, il eut le sentiment d'avoir toujours connu cette femme. Comme si elle était depuis sa naissance une part de lui-même, ses besoins et ses désirs recoupant les siens.
Ce regard qui l'emprisonnait aussi sûrement qu'une main de fer sondait ses yeux à la recherche de son âme, en quête d'une énigmatique réponse. Je veux vous aider, dit-il mentalement. Une pensée plus lourde de sens que toutes celles qu'il avait jamais eues…
Le regard de la femme, moins intense, desserra son emprise sur lui. Dans ses prunelles, il lut une chose qui l'attirait plus que tout. L'intelligence ! Oui, l'intelligence brûlait dans ses yeux et dans tout son corps, glorieuse figure de proue de son intégrité. Pour la première fois de la matinée, Richard se sentit en sécurité.
Une voix, dans sa tête, lui rappela pourquoi il était là. Il ne fallait pas perdre de temps !
— J'étais là-haut, dit-il en tendant un doigt vers la colline, et je vous ai vue…
La femme regarda dans la direction qu'il indiquait. Il l'imita et s'aperçut qu'il désignait un entrelacs de branches qui dissimulaient la colline. Il laissa retomber son bras, tenté de passer outre sa méprise. Mais elle riva ses yeux sur lui, exigeant des explications.
Richard les lui donna à voix basse :
— J'étais sur une hauteur qui surplombe le lac. Je vous ai vue marcher le long de la berge. Des hommes vous suivent…
— Combien ? demanda la femme, impassible.
Richard trouva la question bizarre mais répondit quand même :
— Quatre.
Soudain blême, la voyageuse tourna la tête et sonda les bois, derrière elle. Puis elle se remit à le dévisager.
— Et vous avez décidé de m'aider ?
À part sa pâleur, rien, sur son superbe visage, ne permettait de deviner ses sentiments.
— Oui.
— Et que devons-nous faire ? demanda-t-elle, plus amicalement.
— Un raccourci part de cet endroit. Si nous l'empruntons et que vos poursuivants restent sur la piste, nous les sèmerons.
— Et s'ils ne se trompent pas ? S'ils suivent nos traces ?
— Je les brouillerai, dit Richard pour la rassurer. Ils ne nous traqueront pas. Mais le temps presse, et…
— S'ils nous suivent quand même ? coupa la femme. Quel est votre plan ?
Richard la dévisagea à son tour.
— Sont-ils très dangereux ?
— Oui.
La façon dont elle prononça ce mot banal lui coupa de nouveau le souffle. Une fraction de seconde, il vit une terreur animale passer dans ses yeux.
— Eh bien… Le sentier est étroit et la végétation s'éclaircit vite… Ils ne pourront pas nous encercler.
— Avez-vous une arme ?
Richard fit non de la tête, trop furieux d'avoir oublié son couteau pour s'en vanter à voix haute.
— Alors, dépêchons-nous !


© 1994 by Terry Goodkind
© Bragelonne 2003, pour la présente traduction