1001 secrets de jardiniers
1001 secrets de jardiniers
Jean-Michel Groult
416 pages
Couverture cartonnée. 12,5 x 17 cm. Illustrations
Réf : 487740
Avec ce livre, cumulez 10 Points Club
Au lieu de 15,10  (prix public)
Epuisé
Recettes d'antan
Résumé
Du poivre répandu sur le gazon fraîchement semé pour tenir les oiseaux à distance, aux coquilles d’œuf ajoutées au compost pour neutraliser l’acidité, vous trouverez dans cet ouvrage illustré avec raffinement, astuces écologiques et brins d’humour pour jardiner économique. 
Mot de l'auteur
« Du potager jusqu'au cabanon, des récoltes jusqu'au confort du jardinier, je vous propose ici toutes les "ficelles" qui vous feront gagner du temps ou de l'argent, quand ce n'est pas les deux. Pourtant, à travers ce recueil fourmillant, vous pourrez vous étonner de l'absence de trucs que l'on vous avait appris par ailleurs. Pourquoi ? Parce que je n'ai indiqué que des trucs et astuces que j'ai moi-même testés ou vus employer par mes parents, mes grands-parents et les anciens qui ont peuplé mon enfance. Je ne vous livre ici que des conseils efficaces, loin des incantations dérisoires ("l'ail éloigne la cloque du pêcher") que personne n'a sérieusement testées. Certaines astuces classiques peuvent être décevantes, ou ne marcher qu'un temps. Je vous l'ai indiqué lorsque cela s'imposait.
Toutes les astuces que je vous livre ici sont écologiques et respectent la vie du jardin. J'ai une sainte horreur des remèdes plus dangereux que le mal, comme par exemple l'emploi de naphtaline pour éloigner telle bestiole, alors qu'on sait que ce produit est cancérigène ! Si vous aimez récolter des produits sains, admirer les papillons et contempler le bal des oiseaux dans les taillis, ce livre est fait pour vous ! »

Jean-Michel Groult
Pourquoi on l'a choisi
À l'instar des 1001 secrets de grands-mères déjà paru dans cette ravissante collection au charme rétro, découvrez les conseils d'un jardinier passionné qui vous dévoile ses techniques expérimentées au fil des années, certaines transmises de génération en génération... 
Les internautes ayant commandé 1001 secrets de jardiniers ont également choisi
1001 secrets de bien-être
Carine Anselme
Eve François
Moyenne des avis :Les avis des internautesNombre d'avis :5
doudey
Le 23 mars 2010
Trop petit
Joli graphisme, mais un peu déçue par la petite taille du livre qui empêche de le regarder correctement puisqu'il est très épais. Un peu déçue également par les conseils donnés. Je pensais qu'il y aurait plus de directive de jardinage et finalement ce sont des conseils très légers.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 28 avril 2010
Sans intérêt
Le livre n'apporte rien de très intéressant pour le jardinage.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
LION CHRISTINE
Le 31 janvier 2011
Reprendre de bonnes habitudes
Tout est simple et à portée de mains ! Très agréable et je l'ai lu comme un roman dont les "petits trucs" restent infaillibles !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
magghy27
Le 18 juin 2014
1001 secrets de jardiniers
Super contente de cet achat, beaucoup de bons conseils, trop trop top !!!
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Germania63
Le 07 juillet 2014
Pour apprentis jardiniers !
Pour tous ceux que les ouvrages techniques rebutent, celui-ci est parfait ! Le minimum vital, qui donne envie d'aller plus loin.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Journaliste horticole spécialisé dans le jardinage « bio », Jean-Michel Groult est également un fervent jardinier, depuis sa plus tendre enfance. Botaniste de formation, il écrit dans plusieurs magazines consacrés au jardin, pour lesquels il produit également des clichés. Il est, entre autres, l'auteur de Jardiner durablement, les solutions bio qui marchent vraiment, ouvrage qui a été lauréat du prix Saint-Fiacre 2007, décerné par l'Association des journalistes du jardin et de l'horticulture.
Feuilletez ce livre
Extrait

Fruits et légumes à pleins paniers

Récolter ses fruits et ses légumes, quel bonheur ! Oui, mais c'est aussi du travail.
Il n'est donc pas interdit de se simplifier la vie... J'aime surtout les méthodes qui m'évitent de me fatiguer, ou qui utilisent des récoltes que d'autres auraient considérées comme perdues.
Et puis, un potager ou un verger se doit aussi d'être accueillant... pour les abeilles et autres auxiliaires. Que vivent donc, près des potagères et des fruitiers, les fleurs et autres plantes exubérantes !

*
*  *

POTAGER
POMMES DE TERRE

Elles ont la patate

récoltes successives
Dans ma famille, il est de tradition de faire plusieurs récoltes sur un même rang de pommes de terre.
Pour cela, on les butte généreusement lorsque les plants ont 10 cm de haut. Lorsqu'ils ont bien grandi, on fouille au pied mais sans arracher le plant, juste pour en extraire les jeunes tubercules, sublimes lorsqu'on les passe à la poêle, après la récolte.
L'opération peut être renouvelée un mois plus tard. Après, on laisse les plants tranquilles : ils végètent et on les récolte par arrachage, lorsque les tiges fanent.

économique
On peut couper ses pommes de terre de semence en quatre lorsqu'on en manque : il faut que chaque portion comporte au moins un œil (un germe). Frottez la chair à nu avec de la cendre et laissez cicatriser au moins 10 jours avant de planter. Cela vaut pour les radins ou lorsqu'on a affaire à une variété qui produit peu, comme la "Vitelotte", à chair violette (et farineuse, d'ailleurs).

germes
Laissées à elles-mêmes, les pommes de terre produisent de longs germes, mais de façon désordonnée. Je préfère les placer dans de vieilles boîtes à œufs, à l'humidité et à la, lumière. Elles y germent mieux et mes plants ont l'air plus « pro ».

doryphores
Problème de feuilles grignotées ? Ce ravageur se fait pourtant de plus en plus rare ! Point n'est besoin de sortir la grosse artillerie (même s'il existe un traitement bio contre le doryphore). Il suffit de prendre un marteau, une planchette et d'occire tous les adultes et les larves que l'on rencontre. Chez moi, je n'ai jamais eu de problème, car en inspectant régulièrement les cultures, j'ai toujours pu éliminer les premiers individus avant qu'ils n'aient le temps de pondre.

gale
Le vrai problème des pommes de terre, c'est la gale, qui déforme la peau des tubercules en les rendant liégeux. Cette maladie est due à un manque d'eau. Je couvre les flancs des buttes avec les mauvaises sèches et les restes de cultures : ainsi, elles gardent l'humidité et ce paillis limite les dégâts causés par la gale...

verdissement
Enfin, au moment de la récolte (l'arrachage), mieux vaut laisser ressuyer les tubercules durant quelques jours ils se conserveront mieux. Mais faites-le à l'abri de la lumière (sous un hangar, par exemple), car sinon ils ont tendance à verdir.

*
*  *

POTAGER
TOMATES

Des rouges, des vertes
et des pas mûres


plants vigoureux
Les tomates sont des plantes gourmandes et volontiers maladives. En terre maigre, une poignée d'orties (sans graines) au fond du trou de plantation leur fournit de l'azote durant la saison. Mais un apport de purin liquide bien décomposé fera tout aussi bien.
En revanche, je conseille de coucher le plant de tomate au moment de la plantation, de façon à enterrer le plus de tige possible. Sur la partie enterrée, de nombreuses racines vont se former durant les semaines à venir, renforçant la vigueur du plant.

échelonner
Comme je fais moi-même mes plants de tomates (en les semant sous abri, dès le mois de mars), j'ai assez de pieds pour oser une plantation précoce, vers la mi-avril. Si le temps reste doux, j'aurai gagné un mois.
Si des gelées tardives les anéantissent, je n'aurai qu'à puiser dans ma réserve !

On peut aussi protéger les jeunes plants en terre contre les gelées matinales en les entourant de bidons (ou de bouteilles) emplis d'eau : l'inertie thermique de l'eau suffit souvent à éviter le givre sur les feuilles des plants.

bouturer
Lorsque les plants poussent, il m'arrive de bouturer les gourmands retirés à l'aisselle des feuilles ils s'enracinent très bien et donnent des plants tardifs, mais fertiles lorsque l'arrière-saison n'est pas trop sévère.

Lorsqu'apparaissent les premières fleurs, je supprime toujours la première de chaque bouquet sur les variétés à gros fruits comme « Sainte-Lucie » ou « Cœur de Bœuf » elles seraient déformées et si grosses que les suivantes en pâtiraient. Je le fais aussi sur les piments et les aubergines.

semences
Pour récupérer des graines de tomates, il suffit de laisser tremper la chair du fruit pendant trois jours dans l'eau et de faire sécher le tout sur du papier absorbant.
Je les décolle sans ménagement et mes semences lèvent comme celles des pros !

Contre le mildiou, la meilleure défense, c'est l'attaque !
J'ai coutume de pulvériser du soufre sur les feuilles avant que tout symptôme n'apparaisse mais du lait ferait aussi bien, si l'on en croit une étude récente !

contre-saison
Des tomates en décembre ? Chez moi, oui !
Pour y parvenir, on arrache les plants en octobre (pas plus tard !), et on les suspend la tête en bas, une fois toutes les feuilles arrachées, à l'abri (grange ou serre). Les tiges sèchent mais les fruits verts mûrissent lentement sur le pied.
Ou alors, on garde des fruits sains sur des clayettes couvertes de foin sec, en les espaçant de 5 cm en tous sens. Les tomates-cerises excellent à ce jeu-là.