L'héritage de Tata Lucie
Top lecteur
L'héritage de Tata Lucie
Philippe Saimbert
320 pages
Couverture souple. 11 x 18 cm
Réf : 417110
Avec ce livre, cumulez 10 Points Club
Au lieu de 16,50  (prix public)
Disponible
Autres Formats

Ebook
Disponible
Résumé
Tata Lucie est morte, paix à son âme, sinistre emmerdeuse... Pourtant, de l’au-delà, Lucie a bien l’intention de secouer sa petite famille. Ses neveux qui l’avaient toujours négligée ont un mois pour trouver chez elle un pendentif en turquoise. Passé ce délai, ils seront tous déshérités. S’ensuit donc une loufoque installation chez la défunte et une folle chasse au trésor...
Avis Top Lecteur
« L’héritage de Tata Lucie est le livre parfait pour un moment de détente. Drôle et mordante, cette comédie de mœurs apporte un regard critique sur notre société et nous offre un bon moment de rigolade ! […] L’écriture est fluide et agréable et le roman rythmé et bien ficelé puisqu’on va de surprises en surprises. [...] Je me suis laissée entraîner sans difficulté dans cette chasse au trésor rocambolesque et originale. On sent que l’auteur a pris beaucoup de plaisir à écrire cette histoire et on en prend tout autant en parcourant ses mots. »

Laurie Sches
Les internautes ayant commandé L'héritage de Tata Lucie ont également choisi
Demain j'arrête !
Gilles Legardinier
Patatra
Guillaume Cochin
Moyenne des avis :Les avis des internautesNombre d'avis :51
frolois
Le 11 janvier 2012
A mourir de rire
En lisant ce livre, vous passerez un excellent moment de franche rigolade en compagnie d'une famille à la recherche de l'héritage caché. Très bien écrit, on découvre avec plaisir la région du Béarn et on rit ou presque à chaque page. Vu son prix, ne vous privez pas, foncez, lisez-le !
Il y a 1 commentaire associé à cet avis.
Si vous souhaitez commenter cet avis, merci de vous identifier en cliquant ici.
Remarque de ISABELLE HISTEL du 29/02/12
Moi j'ai fini de le lire en deux jours, et je n'ai pas cessé de rigoler, il est bien écrit, facile à lire et plein d'humour.
Binch
Le 03 avril 2012
Mouais
Je viens de le finir et mouais j'ai lu bien mieux, quelques passages sympa, le descriptif de la région donne envie de découvrir le Béarn mais c'est bien le seul intérêt du livre en fin de compte. Pourtant le résumé laissait présager quelque chose de drôle et intéressant mais non, décevant et surtout dénouement très prévisible si on fait bien attention au fil de l'histoire.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Nad
Le 29 février 2012
Hilarant !!!
Super livre... je le conseille vraiment à qui veut passer un bon moment.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 09 mars 2012
Super !!
J'ai acheté ce livre en me disant qu'il ne serait sûrement pas aussi drôle qu'il en avait l'air, et là, j'ai été bluffée, car j'en ai lu des livres drôles, mais jamais encore un comme celui là !! J'étais tordue de rire dans mon lit le soir !! Et ca ne me ressemble pas ! L'histoire de cette vieille méchante qui laisse un héritage à chercher partout dans la maison, les blagues potaches des neveux, le gamin qui narre cette histoire avec tant d'humour, fait que le tout est vraiment très caustique et à recommander !!!!!
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 09 mai 2012
L'Héritage de Tata Lucie, Philippe Saimbert
Les héritages, c'est toujours compliqué mais quand la défunte profite de l'occasion pour faire une dernière vacherie à ses neveux qui l'avaient toujours négligée de son vivant, on a vite fait de comprendre que la situation va dégénérer et tourner à l'aigre ! Les neveux de Tata Lucie ont un mois et pas un jour de plus pour découvrir chez elle un pendentif en turquoise soigneusement dissimulé. Passé ce délai, ils seront tous déshérités ! La famille au grand complet s'installe alors chez la défunte. S'ensuit une folle chasse au trésor dans lequel le lecteur va de surprise en surprise... Philippe Saimbert signe une comédie de moeurs truculente, qui offre au lecteur un moment de franche rigolade et apporte un regard critique sur notre société : que ne ferait-on pas pour toucher le pactole ?! Les frères Castet, eux, ne se sont pas posé la question ! Animés du seul espoir de faire main basse sur les économies substantielles de leur vieille emmerdeuse de tante, ils se sont jetés à corps perdu dans la couse au magot, l'occasion pour le lecteur d'assister à quelques scènes hilarantes ! L'histoire, pour le moins originale, aurait presque pu paraître trop rocambolesque mais on s'y laisse emporter sans difficulté dès les premières pages tant on sent que l'auteur a pris plaisir à l'écrire ! Ses personnages sont formidablement bien campés, presque vivants, et son écriture, drôle mais toujours soignée, en font un roman grand public sans faute, bien ficelé, parfait pour un moment de détente. A mourir de rire !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Mystik
Le 24 février 2012
Détente garantie
J'appuie les précédents avis : détente via une lecture facile, prenante, drôle et une tata Lucie sarcastique à souhait. Livre vivement conseillé après une dure journée.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
maya58
Le 05 mars 2012
L'héritage de Tata Lucie
Super moment de lecture.... Un bon livre pour se détendre et s'amuser. Beaucoup d'humour... Je vous le conseille vivement, car moi, je l'ai choisi par rapport aux personnes qui me l'ont conseillé et je ne suis pas déçue...
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
kiwibise
Le 23 février 2012
Sympa
Livre très sympa, drôle et se lit vite tellement on est pris dans l'histoire ! A lire sans hésiter !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
lou39
Le 04 mars 2012
Déçue
A l'opposé de vous tous, je suis pas arrivée à le finir. Au bout de 50 pages, j'ai été lassée, déçue, pourtant le resumé m'inspirait.
Il y a 3 commentaires associés à cet avis
Si vous souhaitez commenter cet avis, merci de vous identifier en cliquant ici.
Remarque de emmanuelle monaco du 02/05/12
Je suis d'accord avec toi ! Je vais le finir mais sans grand intérêt.
Remarque de cindy dosda du 25/07/12
Idem ! Très décue ! J'ai mis beaucoup de temps à me mettre dans l'histoire ! Je ne pense pas finir le livre !!!
Remarque de ALINE BERAUD du 13/09/12
L'histoire est sympa, mais le déroulement des évènements est assez décevant (les énigmes...!). Lecture facile...
lecteuse
Le 08 mai 2012
Raté !
Le résumé m'a donné envie de le lire, l'idée de départ est plutôt bonne, mais quelle déception ! Cette famille de beaufs est insupportable, il aurait fallu de l'humour et un style léger, mais ce livre est mal écrit, les tentatives d'humour de l'auteur tombent à plat et la fin est tellement prévisible, dommage.
Il y a 1 commentaire associé à cet avis.
Si vous souhaitez commenter cet avis, merci de vous identifier en cliquant ici.
Remarque de nerisson du 05/06/12
Parfaitement d'accord avec votre avis, une réelle déception.
gothika
Le 29 février 2012
Un peu court si vous aimez rire
J'ai aimé le lire, il est bien écrit, facile à lire et plein d'humour, vous ne vous ennuyez pas un seul instant en la compagnie de la famille et de cet héritage...
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
sikozu
Le 18 janvier 2012
Amusant !
Livre qui se lit assez rapidement ! Assez drôle dans l'ensemble, c'est un livre excellent pour les vacances et se détendre un petit moment !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
mindy
Le 06 mars 2012
Génial
Je suis en train de lire ce roman et c'est simplement génial. Intrigue, humour, découverte du mot famille et argent...
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 03 mars 2012
Passionant et drôle
Vraiment une histoire drôle dans laquelle on se plonge facilement. Une énigme qui nous embarque jusqu'à la fin. Super livre.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
joliemome
Le 18 avril 2012
Un livre culte
Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un livre aussi léger, hilarant et palpitant. Chaque mot est juste, l'histoire est prenante et les personnages nous rappellent tous un membre de notre famille. Je suis une grande lectrice et ce livre restera parmi les 10 meilleurs de ma bibliothèque. Merci à l'écrivain pour ce grand moment qu'il m'a fait vivre.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
tricia
Le 31 mars 2012
Super
J'ai beaucoup aimé, très agréable et relaxant. Un vrai plaisir !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
gallou
Le 13 mars 2012
Mignon
Livre qui se lit facilement mais l'histoire a tendance à trainer en longueur. Peu séduite par l'écriture. Je me suis forcée à finir pensant que la fin me plairait mais même pas ! C'est mignonnet.
Il y a 3 commentaires associés à cet avis
Si vous souhaitez commenter cet avis, merci de vous identifier en cliquant ici.
Remarque de nathalie coupry du 17/04/12
Totalement d'accord avec vous ! Je n'aurais pas dit mieux ! Clemelma
Remarque de Delphine MESTRE ROMAN du 01/06/12
C'est "mignonnet " le bon terme.
Remarque de cindy dosda du 25/07/12
Traine trop en longueur ! Ne m'a pas captivé.
Aline
Le 23 mars 2012
C'est long !!!!!!!
Déçue par ce livre qui traine, traine et traine encore ! Beaucoup de passages sans intérêt qui m'ont ennuyée. Je me suis forcée à le finir pour connaitre le dénouement qui lui aussi m'a déçue.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
KQ76
Le 12 avril 2012
Lecture facile
Ce livre se laisse lire rapidement. L'histoire de cette famille peut faire sourire, Tata Lucie était vraiment un sacré personnage ! A lire pendant les vacances, pour se détendre l'esprit.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
PITHOIS KARINE
Le 31 mars 2012
Sacrée tata
Rire à chaques pages et jusqu'à la fin, on cherche avec eux. Livre détente à souhait.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
malo38
Le 25 avril 2012
Drôle de tata
C'est un livre très agréable ; on passe un bon moment et on rit même à quelques passages. Il se lit très vite, il ne faut pas s'en priver !!!
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Clemelma
Le 17 avril 2012
Bof !
Se lit vite, mais pas vraiment passionnant. Assez basique.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Nel38
Le 20 avril 2012
Longueurs....
Le résumé était alléchant mais très long à démarrer, j'ai failli arrêter... Tout était prévisible...
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
lapin67
Le 09 avril 2012
Sympa... sans plus
Comme indiqué dans le titre, le livre est sympa... sans plus ! Je ne l'ai pas trouvé très drôle, mais il y a tout de même certains passages qui font bien sourire. Livre facile à lire, pas besoin de se creuser les méninges, parfait dans les transports en commun en sortant du boulot !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
lodiie
Le 02 mai 2012
Pas si drôle que ça pourrait l'être...
Lorsque j'ai acheté ce livre, je me suis basée sur les avis des internautes. Je me suis dit qu'un bon moment de franche rigolade ne me ferait pas de mal. Oui mais voilà, le récit peine en longueur, les descriptions sont trop nombreuses et accessoires. Je suis vraiment déçue, le livre pourrait être tellement mieux ! Malgrè tout, l'auteur nous offre des passages à mourir de rire (seulement pendant 2 secondes mais c'est déjà ça) et des personnages risibles. Je vous le conseille donc si vous avez quelques heures à perdre.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
spyouki
Le 31 mars 2012
Amusant
Un moment très agréable passé en compagnie de ce livre.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
abbysky
Le 28 avril 2012
Sacrée Lucie
Un ton drôle et une plume agréable. Le héros nous fait mourir de rire du début à la fin.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Celenice
Le 06 septembre 2012
Pas mal
Histoire bien écrite et surprenante ! J'ai eu l'impression de faire partie de la famille une fois le livre terminé.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
lolo38
Le 27 mai 2012
Drôle d'héritage !!!
D'accord avec la majorité des avis déjà donnés : ce livre est d'une grande drôlerie et il est particulièrement conseillé par temps de grisaille (dans le ciel ou dans la tête !!!). On peut regretter quelques longueurs, mais malgré celà, ne boudons pas notre plaisir, on passe un agréable moment à la lecture des mésaventures burlesques de cette famille légèrement "foldingue".
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 29 mai 2012
Excellent
Très drôle et léger, mais pas creux. J'ai rigolé tout le long, en plus sortant d'un roman de Chattam, ça m'a fait du bien. Bref, super moment, ambiance famille/été/chaleur + humour et pognon, je le conseille si on veut s'amuser. Bonne lecture !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Hati38
Le 13 juillet 2012
drôle !
J'ai beaucoup aimé cette famille un peu loufoque, l'histoire est bien menée et l'on rigole facilement !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
djodjo
Le 02 août 2012
Décevant !
J'adore lire et c'est très rare que je ne termine pas un livre mais celui-là... je l'ai trouvé lassant, pas d'action et plutôt vulgaire dans le style d'écriture... bref, j'ai pas du tout aimé !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
nerisson
Le 05 juin 2012
Déçue
J'avais été emballée par le résumé de ce livre et j'étais convaincue d'y trouver espièglerie, humour, situations cocasses : et bien non, pas du tout, beaucoup de longueurs, toujours et encore, un vrai parcours du combattant !! Bref, j'ai peiné à le terminer.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
julie22
Le 16 juin 2012
Mouais..
J'ai bien failli stopper la lecture à plusieurs reprises. On se réjouit de voir un peu d'action par-ci par-là, mais pour moi cela reste très monotone... La fin peut faire sourire un peu !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
capsule
Le 27 juin 2012
Excellent !!
Voila un livre pour se détendre ! A dévorer ! ce que j'ai fais en vacances au Maroc ! Il faut le lire ! Bravo !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 15 juin 2012
Sympa
Livre vraiment sympa et on a envie de savoir la fin.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
SELIEZ CANDICE
Le 21 juin 2012
Amusant !!!
Malgrès le fait que l'histoire est un peu longue à démarrer, c'est un livre plaisant, amusant, drôle, permet de passer un bon moment en compagnie d'une drôle de famille !! A lire sur la plage cet été.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
uriane
Le 25 juillet 2012
Génial
J'ai adoré ce livre, on s'y plonge et on ne veut pas en ressortir, il y a tout, l'humour, la sensibilité, le pathétique, les bons sentiments, l'appat du gain, les beaufs, etc. Tout simplement génial. Merci à l'auteur qui m'a fait passer un super moment.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
ninie13
Le 10 juin 2012
Excellent
Super chasse au trésor.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Maried
Le 27 août 2012
Sympa
Histoire très drôle, on est toujours pressé de savoir la suite.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 26 juin 2012
Mouais
Une histoire rigolote mais un peu trop longue à mon goût, du coup pas mal de passages passés très rapidement. Un livre qu'on ne lit qu'une seule fois...et encore.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 12 février 2013
Tellement vrai
Ce livre est drôle et fait ressortir, avec beaucoup d'humour naturellement, ces histoires d'héritage où tous les requins de la famille se souviennent de l'existence de leurs parents décédés. Oui ce livre est drôle et bien écrit et je trouve une petite morale à cette histoire. Je le conseille vivement, un bon roman de détente sur un sujet toujours sensible tout de même - les héritages. A lire sans modération.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
carottte
Le 16 février 2013
Bof
Une histoire qui traîne en longueur, certains passages ne collent pas au style attendu, j'ai été déçu.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Le 17 mars 2013
Avis mitigé
Ce livre est pas mal, assez drôle mais un peu longuet avec des passages totalement inutiles. Les "résolutions" aux énigmes n'ont pas grand intérêt non plus et n'apportent que peu de surprise. En bref le déroulement de l'histoire manque un peu de recherche et de piquant. L'héritage de tata Lucie reste cependant un livre facile à lire et de détente et j'ai plutôt aimé le style de l'auteur.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
ericdalbon
Le 23 mai 2013
Excellent
Excellent... on passe un vrai bon moment ! La vie de famille est bien décrite, on voyage facilement, on met aisément des images sur les personnages, les décors... moi j'aime !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Macleod
Le 12 juillet 2013
Décevant
Une très bonne idée mais très décevant, le style est alourdi par les pseudo effets humoristiques de l'auteur. Pas une phrase sans une parenthèse interminable soit disant humoristique qui n'apporte rien. Dommage le sujet était drôle mais j'ai lu ce livre avec hâte de le finir mais pas pour de bonnes raisons.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
pifou34
Le 02 septembre 2013
Génial
Un livre vraiment humoristique, pas compliqué à lire, où les personnages doivent absolument trouver un bijou pour toucher l'héritage. A lire et à relire !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
aurel
Le 28 septembre 2013
Bon livre
Histoire drôle et attachante ! A lire !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Sosso09
Le 29 décembre 2013
Tata Lucie
Adorable ! J'ai adoré ce livre ! Il se lit facilement et nous sort du quotidien ! A lire !!!
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Faith
Le 20 mars 2014
Drôle
J'ai passé un très bon moment en lisant ce livre ! Léger et amusant.
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
sabanah
Le 12 avril 2014
Plat !!!
A part le plaisir de se replonger dans les années 80, ce livre est quand même très moyen. Que ce soit dans l'intrigue ou les échanges, je déconseille !
Il n'y a pas de commentaire associé à cet avis.
Philippe saimbert est romancier et scénariste. Il a déjà signé une douzaine d'albums de bande dessinée dans des domaines aussi variés que le fantastique, le thriller, la SF et l'humour.
Autres titres de Philippe Saimbert
Extrait

1

Tata Lucie était une garce !... « Une vieille garce, même ! » précisait mon père. Et il avait l'air de s'y connaître en « vieilles garces », car cela faisait trois bonnes heures qu'il dissertait sur le sujet tout en assassinant Tata Lucie... verbalement, bien sûr ! Remarquez, elle n'avait plus grand-chose à craindre vu que l'on se rendait à son enterrement. Pourtant, deux jours plus tôt, il avait accueilli l'annonce du décès de notre tante avec la gravité qui sied à pareil événement, mais aussi, et sur le coup, presque, presque... une certaine tristesse. D'ailleurs, pour preuve, son œil droit s'était humidifié ; ma mère avait bien remarqué ce détail... elle est si sensible.
Mon père avait absolument tenu à rendre un dernier hommage à Tata Lucie, argumentant qu'il ne l'avait pas revue depuis des années (c'était effectivement une bonne occasion de retrouvailles). Il était également désireux de s'occuper de la maison de notre tante jusqu'à ce que la succession soit établie. Louable intention.
Ma mère avait bien un peu tiqué en apprenant qu'il faudrait sacrifier une partie des vacances du mois de juillet, surtout pour se rendre au village de Moncaubet, dans les Pyrénées-Atlantiques, distant de huit cents kilomètres de Paris. Mais mon père, usant de certains arguments convaincants, murmurés à l'oreille maternelle — la pudeur, sans doute —, avait réussi à la décider... Je dirais même plus, à l'enthousiasmer.
Comme je m'étonnais à vive voix de nous voir ainsi faire un tel détour — nous avions initialement décidé de passer le mois à Hossegor, sur le littoral atlantique — pour assister aux obsèques de Tata Lucie que mon père, rappelais-je, avait toujours traitée de « vieille toquée » — entre autres termes —, ce dernier avait tapé des deux poings sur la table de la cuisine où nous achevions de souper en rugissant :
« Et le sentiment familial !... Qu'est-ce que tu en fais du sentiment familial ?... »
Je dois ajouter que, le lendemain matin, une lettre recommandée venant des Pyrénées et adressée à mon père par Me Gérard Lafarge, notaire à Lembeye, n'avait fait qu' encourager le « sentiment familial ».
Je ne saurais préciser le contenu de la lettre, mais il sembla combler de joie son destinataire ; celui-ci, fendu d'un large sourire, le regard rempli d'une gratitude et d'une tendresse subitement retrouvée, avait ordonné que l'on précipite le départ pour Moncaubet.
Je maugréais et traînais les pieds en préparant mes bagages, car je n'avais nulle envie de finir mes vacances dans ce village que j'imaginais comme un trou perdu en pleine cambrousse... Un trou où nous allions enterrer Tata Lucie. Réjouissante perspective ! En plus, moi, la défunte, je ne la connaissais même pas si ce n'est à travers le parfum de scandale qui semblait entourer sa vie.
Les adultes évitaient d'ailleurs soigneusement d'évoquer ce sujet devant les enfants lors des repas familiaux, mais j'avais néanmoins réussi à me faire une vague idée du personnage en saisissant quelques bribes de phrases la concernant :« Quelle honte pour la famille !... Comment a-t-elle pu en arriver là ?... Si cela venait à se savoir !... Chaque famille porte sa croix ! »
Telles étaient les réflexions habituelles que ma mère et mes tantes lâchaient avec force contrariété et mines désolées. Fort curieusement, il suffisait que leurs époux se mêlent à la conversation et celle-ci se terminait toujours en bruyantes démonstrations de rires grivois et de clins d'œil entendus.
Alors qu'un jour, profitant perfidement d'une fin de repas arrosée, je demandais, du haut de mes treize ans, quelque éclaircissement à mon oncle Émile, j' appris plusieurs faits surprenants de sa bouche.
Il m'informa que : « Maintenant j'étais un homme avec du poil sous le nez, sous les bras (et dans des endroits moins avouables de mon anatomie) et qu'en conséquence, cette pilosité envahissante m'autorisait à entrer dans le monde des adultes et à savoir que Tata Lucie... avait fait la vie ! Et, d'après lui, elle devait même être morte d'avoir TROP fait la vie ! »
J'avoue que, sur le moment, mon jeune esprit avait buté devant ces sibyllines déclarations ; comme j'invitais mon oncle à préciser sa pensée, il éclata de rire et répondit en me tapant sur le dos : « Si tu veux l'exacte vérité, mon garçon, notre chère tante, elle avait toujours eu le feu au cul et aucun besoin des pompiers pour l'éteindre ! Un feu qu'elle propageait chez toute la gent masculine du coin ! »
Malencontreusement, ma mère avait saisi la fin de sa phrase et, d'un avertissement impérieux de la tête adressé à Tonton Émile, avait interrompu notre discussion.
Je m'étais fait une idée assez précise du personnage, mais, voulant avoir quelques éclaircissements (curiosité malsaine de mon adolescence, bien entendu), je m'étais donc tourné vers mon frère, alors âgé de vingt ans et donc certainement plus au fait des aptitudes pyromanes de Tata Lucie.
À l'énoncé de ma question, Yves m'avait regardé d'un air navré en me traitant, je le cite, de « puceau » et d'« artichaut » !
Puis il avait lui aussi fini par éclater de rire. Humilié, j'avais décidé une fois pour toutes de ne plus m'intéresser à Tata Lucie : paix à son postérieur.
Un an plus tard, Me Lafarge convoquait mon père à son étude, le deux juillet, juste après l'enterrement de notre tante. Ah ! il fallait voir le paternel se répandre en soupirs attendris et reconnaissants ; ma mère elle-même admit que Tata Lucie, malgré une existence marginale, avait cependant gardé le sens de la famille.
« Le sentiment familial, c'est ce que je disais ! commenta mon père ; et dans la vie, il n'y a rien de plus important... Il est vrai que, de ses quatre neveux, j'ai toujours été son préféré ; ce sont des choses qu'on sent au plus profond de soi... Mais si j'avais pu deviner, s'attendrit-il... si j'avais pu deviner qu'un jour... »
Euphorique, il se jeta soudain sur ma mère, la prit par la taille et entama une valse grossière autour de la pièce en improvisant à tue-tête sur l'air de Plaisir d'amour :
« Tata Lulu... Comment aurais-je pu...
Savoir qu'un jour, tu m' ferais don de tes écus ? »
Mon frère et moi, emportés par l'enthousiasme débridé de notre père, reprenions en riant le refrain qui mettait du soleil dans nos cœurs :
« Tata Lulu... À nous tes beaux écus ! »
Et ma mère, virevoltant autour de la pièce, changeait de cavalier en s'esclaffant comme une gamine. Le visage de mon père — de tempérament déjà sanguin — avait viré à l'écarlate. Il applaudissait à tout rompre devant mes efforts incertains pour accompagner la valseuse.
Cette touchante scène de famille fut brutalement interrompue par la sonnerie du téléphone ; ma mère, encore secouée d'éclats de rire, décrocha le combiné posé sur le poste de télévision. Après une courte formule de politesse, elle tendit gaiement le combiné à mon père :
« Tiens, c'est pour toi, ton frère Gustave !... Il veut te parler. »
Il empoigna le combiné et s'écria :
« Dis donc, le philosophe, on t'a pas souvent au bout du fil ! Ça fait toujours plaisir d'avoir des nouvelles de la famille ! Alors, continua-t-il sans visiblement laisser à son interlocuteur la chance de placer une parole, toujours à la recherche de la Sagesse ? Sacré Glus ! Quand je pense qu'à l'école, t'étais le plus déluré d'entre nous ! Tout le temps en train de reluquer sous les jupes des filles !... Ah ! où va se nicher la recherche de la Sagesse, hein ?... »
Et il partit d'un rire gargantuesque. C'est qu'il avait son humour, mon père. Il était d'ailleurs souvent son meilleur public. Un humour qui ne brillait pas par sa finesse, certes, mais qui avait le don de le mettre en joie. Heureux homme.
Alors qu'il monopolisait toujours la conversation, ma mère papillonnait autour de lui en le pressant avec force gestes d'abréger ses plaisanteries : les bagages ne se feraient pas tout seuls.
Mais mon père se figea soudain en blêmissant et interrompit d'un regard impérieux le manège de son épouse.
« Quoi ?... Qu'est-ce que tu dis ? Tu peux ré... répéter ? » se mit-i1 à balbutier. Le sang refluait de son visage au fur et à mesure que ses propos perdaient de leur cohérence. « Quoi... que... co... pourq... oui, non, oui... C'est ça, au revoir... à bientôt... »
Livide, il reposa le combiné, considéra pensivement l'écran noir de la télé, puis se tourna lentement vers nous :
« Gustave vient de m'apprendre une terrible nouvelle !... Terrible ! »
Ma mère porta la main à sa bouche dans un geste d'angoisse, craignant sans doute qu'un nouveau décès ne vienne endeuiller la famille. Mon frère et moi nous étions rapprochés, déjà inquiets... quant à la suite de nos vacances.
« Gustave, Émile et Michel ont également reçu une convocation de Maître Lafarge, égrena-t-il d'une voix blanche.
— Oh ! mon Dieu, ce n'est pas vrai ? s'écria ma mère, partagée entre le désarroi et le soulagement. J'ai cru un instant que... mais, d'un autre côté, c'est terrible ! »
Ne saisissant pas le côté « tragique » de la situation, je hasardai une malencontreuse question :
« Qu'est-ce qui se passe ?... On part plus en vacances ?...
— En vacances, en vacances ! Qu'est-ce que tu nous emmerdes avec tes vacances ? vociféra mon père. Mais tu te rends pas compte, non ?...
— Il est trop jeune pour s'intéresser aux affaires d'argent », tenta de le raisonner ma mère.
Elle savait par expérience qu'il fallait éteindre le feu naissant de la colère de son mari avant qu'il ne devienne incendie dévastateur.
« C'est pas la peine de t'énerver et puis...
— Trop jeune ? Trop con, oui ! la coupa-t-il en continuant à rugir. Ah ! la salope ! Ah ! la vieille salope ! Me faire ça, à moi... moi qui l'ai accompagnée dans sa vieillesse ! (En pensée, peut-être, et de loin, sûrement.) Moi ! son neveu préféré, elle le disait toujours !... J'avais même pissé sur sa robe quand j'étais tout gamin et elle en rigolait, et elle en rigolait ! Vous savez ce qu'elle disait à mon sujet : "Regardez ce grand dadais, quand on pense que je l'ai tenu dans mes bras et qu'il m'a pissé dessus !" C'est pas une preuve d'affection, ça ? Hein ?... Et voilà tout le remerciement ! »
Sa voix montait crescendo au fur et à mesure que le feu revenait à ses joues. Il tournait maintenant autour de la table de la cuisine en jurant comme un fou :
« Ah ! la vieille garce !... Me désavantager par rapport à mes frères ! »
Nous l'observions de loin : moi plutôt méfiant, notre mère catastrophée et mon frère, franchement hilare.
« Allons, papa, intervint ce dernier, n'exagère pas... Elle t'a pas désavantagé puisque tu es convoqué au même titre qu'eux.
— Elle m'a pas avantagé ! hurla-t-il... C'est la même chose ! Dans cette maison, personne réfléchit, mais qu'est-ce qu'il va nous rester après le paiement des droits de succession, hein ? Rien !... que dalle ! Une baraque pourrie dans un bled pourri et le tout divisé par quatre ! Et quatre fois que dalle, ça fait pas grand-chose... surtout venant d'une sorcière dépravée !
Le « sentiment » familial devait se retourner dans sa tombe.
« Tata Lulu, se mit à chantonner Yves, je crois que tes beaux écus... nous les avons définitivement dans le... pom pom pom ! »
Il aurait mieux fait de se taire, car cette improvisation lui coûta les vacances sur la côte landaise. Alors que nous finissions de préparer les bagages, je lui expliquai en essayant de le consoler qu'avec les cambriolages qui se multipliaient, il valait mieux que quelqu'un reste pour garder la maison.
J'ai toujours su trouver les mots pour consoler les gens.
En cette matinée de juillet, Paris bâillait dans l'indifférence générale et s'apprêtait à s'endormir pendant deux longs mois. Deux longs mois pour ceux qui restaient dans la capitale, évidemment ; pas pour ceux qui partaient se détendre en s'entassant dans les campings et les plages à la mode.
Depuis notre départ, mon père ne décolérait pas ; d'abord nous avions dû attendre Tonton Émile, sa femme Nathalie et Caroline (leur infernale progéniture) plus d'une heure à l'entrée de l'autoroute. Mon père n'avait pas voulu entendre les explications superflues qu'allait lui présenter son frère sur les embouteillages qui l'avaient retardé et, d'un geste impatient, l'avait invité à franchir le poste de péage.
« On aurait quand même pu leur dire bonjour, avait observé ma mère.
— Pourquoi, tu les vois pas assez souvent ? T'auras tout le temps pour ça quand nous serons arrivés ! »
Une fois le ticket en poche, mon père appuya sauvagement sur l'accélérateur, et la voiture bondit en avant.
Il eut un sourire de satisfaction en constatant qu'il avait cloué son frère sur place ; il faut dire que nous avions une Renault 25 turbo-diesel : le diesel pour l'économie et le turbo pour emmerder Tonton Émile qui ne possédait que la version diesel atmosphérique.
Et comme mon père avait pu, en tant que concessionnaire Renault, acquérir le turbo-diesel au prix du diesel simple, son plaisir était double.
Malheureusement pour lui, la satisfaction qu'il éprouva fut de courte durée, car, cent mètres plus loin, deux gendarmes jaillissaient d'une camionnette banalisée et nous ordonnaient de nous garer sur le côté.
« Pute borgne ! tonna mon père. (C'était là une gaillarde expression qu'il utilisait pour les grandes occasions) Manquait plus que ça ! Qu'est-ce qu'ils me veulent, ces cons ?... »
Il baissa la vitre de sa portière et présenta un visage avenant aux forces de l'ordre. Bonne volonté bien mal récompensée, car l'un des gendarmes, se penchant en avant, jeta d'un ton sec et impérieux :
« Carte grise, carte verte, permis de conduire et talon de vignette ! »
Alors que mon père présentait humblement les papiers demandés, je vis Tonton Émile passer devant nous, hilare. Le turbo l'avait dans le dos !
L'autre gendarme tournait autour de notre voiture comme une mouche autour du cul d'une vache, espérant sans doute découvrir un pneu lisse ou tout autre défaut qui puisse être verbalisable. À chacun son plaisir.
Dépité – sans doute de n'avoir pu terminer son carnet de contravention –, il adressa de la tête un signe maussade à son collègue et rejoignit la camionnette. L'autre rendit les papiers à mon père en maugréant :
« Vous aviez l'air bien pressé tout à l'heure ?...
— C'est que nous nous rendons à un enterrement, Monsieur l'agent, tenta de plaider ma mère.