Autre : J’espère faire de belles découvertes avec ce Top Lecteur aussi bien en livres qu’en réseau avec les autres membres. Une belle aventure en perspective !

Virginie.L

Age : 39 ans

Petite présentation : Maman de deux garçons de 7 et bientôt 5 ans, j’ai toujours aimé lire et écrire. Avant mon mariage et les enfants, je tenais déjà des blogs et l’envie m’est revenue d’en refaire un il y a presque deux ans. Sinon, j’aime aussi le cinéma, les séries télés et l’Histoire.

Mon auteur préféré : Marc Levy

Mon personnage préféré : Scarlett O’Hara

Mon genre préféré : La romance

J’aime : Mon mari et mes loulous (et tous les moments qu’on partage), lire (bien sûr) et ma région, l’Alsace

Mon endroit préféré pour lire : Mon lit

Si je devais partir sur une île déserte et ne prendre qu’un seul livre, ce serait : Autant en emporte le vent de Margareth Mitchell

Les livres que j'ai lus au Club cette saison

Ma note: 4/5

Cette histoire est une ode à ce pays : cerisiers en fleurs (sakura), hokku (ancêtre du haïku), samouraï, cérémonie du thé, calligraphie... Pour moi, c’est un véritable coup de cœur pour cette très belle histoire d’amour qui permet au lecteur de découvrir le Japon du XVIème siècle sous un jour particulier ! Le récit est à la troisième personne mais s'attache alternativement à Toru et à Katsu et m'a permis de me lier aux personnages facilement. L'écriture de l'auteure est passionnée et on vit les sentiments des protagonistes à fond.

Voici un livre bonus que m'a proposé de lire Aurélie de France Loisirs alors que je rendais ma dernière fiche de lecture. Je ne serais pas forcément allée de moi-même vers ce livre. En effet, le Japon ne m’attire pas spécialement. Mais cette histoire a été un très beau coup de cœur ! L'histoire se déroule au Japon au XVIème siècle. Deux clans ennemis s'allient pour faire face à un troisième clan. Cette alliance se traduit par un mariage arrangé. Voici le point de départ de cette histoire qui nous permet de suivre un seigneur japonais et une paysanne dans un pays et une époque qui m'ont fait découvrir et apprendre beaucoup de choses sur le Japon. Cette histoire est une ode à ce pays : cerisiers en fleurs (sakura), hokku (ancêtre du haïku que j'ai découvert récemment et que j'écris régulièrement), samouraï, cérémonie du thé, calligraphie...

Les personnages sont tous très intéressants : Akeko, la fiancée du clan ennemi, Toru, le futur seigneur, Katsu, la paysanne et Fujyio, le daimyo (seigneur du clan). D'habitude, on s'attache plus facilement à la pauvre fille promise contre sa volonté à un seigneur ou guerrier. Ici, Akeko n'a rien d'une malheureuse, elle m'apparaît immédiatement méprisante et je me suis plus facilement attendrie face au désarroi de Toru que de celui de sa fiancée.

Katsu est un personnage féminin comme je les aime. Bien qu'elle semble résignée au début à accepter sa souffrance, elle est forte, courageuse et n'a parfois pas la langue dans sa poche. C'est également une artiste (elle dessine) qui est sensible et douce. Elle s'empêche d'aimer à cause de son mari et d'une infertilité qui la rend honteuse. Sa rencontre avec Toru m'a profondément touchée et m'a permis d'accrocher immédiatement à l'histoire, où je devine un amour interdit. Toru est un homme solide, un guerrier (ou plutôt samouraï, devrais-je dire), mais cache au fond de lui une sensibilité très touchante. Fujio, le père de Toru, est très touchant. Il se comporte comme un père avec Katsu et m'a émue plus d'une fois.

Le récit est à la troisième personne mais s'attache alternativement à Toru et à Katsu et m'a permis de me lier aux personnages facilement. L'écriture de l'auteure est passionnée et on vit les sentiments des protagonistes à fond. Véritable coup de cœur pour cette très belle histoire d’amour qui permet au lecteur de découvrir le Japon du 16ème siècle sous une jour particulier !

Et un haïku pour conclure : Voyage au Japon Sakura, hokku, amour Lectrice emballée

Ma note: 4/5 

Cette histoire fleure bon l'été, mais un été où tout part en vrille comme dans ces sagas télévisées que j'aimais regarder quand j'étais ado. Le roman va de surprises en surprises et nous tient en haleine jusqu’à la dernière page.

Je suis heureuse de démarrer cette nouvelle année en tant que Top Lectrice France Loisirs avec un roman de Lucinda Riley. C'est une auteure dont j'ai souvent entendu parler sans jamais avoir rien lu d'elle. Quelle belle découverte ! Merci France Loisirs ! J'ai beaucoup apprécié ma lecture.

On débute l'histoire avec Alex qui retourne à Chypre 10 ans après y avoir passé un été avec sa mère. Il y retrouve son journal intime dont l'auteure nous donne un extrait avant de plonger dans le passé. Le récit de ce fameux été, qui semble être déterminant pour Alex et sa mère, est entrecoupé d'extraits du journal d'Alex. On y découvre un ado qui se cherche car il ignore tout de son père. Cet été-là, il semble prêt à tout pour enfin connaître la vérité. Il aime infiniment sa mère et devient même jaloux d'un mystérieux chypriote qui a beaucoup compté pour elle. Ne vous laissez pas dérouter par la façon d'écrire d'Alex dans son journal, qui ne correspond pas à celle d'un ado. On comprend très vite pourquoi.

Toute l'histoire tourne autour de cet été, de la maison, Pandora, et de son passé... du passé de tous les personnages de l'histoire (Alex, Helena, son parrain...). J'ai adoré partir à la recherche d'indices sur les mystères que cache notamment Helena. Et, il faut l'avouer, je me suis fait balader par l'auteure qui m'amenait à un endroit pour finalement me révéler quelque chose que je n'attendais pas ! Par exemple, le mystère sur le père d'Alex semble être simple, mais l'auteure laisse longtemps planer le doute au point qu'on échafaude des tonnes de théories pendant la lecture.

Helena semble avoir pas mal de blessures cachées au fond d'elle. Elle ne se confie pas facilement, même pas à son mari et cela entraîne des quiproquos. Quand finalement tout est révélé, toutes les pièces du puzzle se mettent en place et certains détails deviennent évidents notamment au niveau des réactions d'Helena. Après avoir découvert ce qu'il s'était passé dix ans plus tôt, on retrouve Alex à Pandora et les révélations continuent.

Cette histoire fleure bon l'été, mais un été où tout part en vrille comme dans ces sagas de l'été que j'aimais regarder quand j'étais ado. On y parle de secrets, de trahisons, de révélations et même de remords. J'avoue que certains passages m'ont beaucoup touchée.

L'écriture de l'auteure est agréable, le rythme n'est pas très soutenu mais on va doucement et agréablement vers la ou les révélations finales. Alex résume bien l'histoire : « C'étaient moins des vacances qu'un parcours du combattant jalonné d'embûches émotionnelles et physiques. »

En conclusion, c’est une belle saga familiale dans des décors magnifiques qui ouvre la boîte de Pandore d'une famille.

Ma note: 3/5

L’originalité du livre tient dans cette étonnant abécédaire et à son excentrique instigatrice, Andrea. Les héroïnes passent du rire aux larmes et font une étonnante introspection. Un livre agréable et plein d’humour.

Voici ma deuxième lecture pour le Top Lecteur de France Loisirs de cette saison. Le pitch et l'idée d'un abécédaire me semblait prometteur, et j’ai apprécié ma lecture, sans que ce soit un coup de coeur. Dès le départ, on se demande ce qui a pu séparer ces deux sœurs. D'autant plus que les flashbacks nous montrent des sœurs proches et complices. En effet, il y a régulièrement des chapitres "flashback" pour dévoiler le passé des héroïnes au lecteur. Finalement, le mystère sur leur dispute est assez vite résolu et les filles continuent de visiter l'abécédaire entre rire et larmes. Au rythme de l'abécédaire, des chapitres s'ouvrent sur une lettre, une vidéo ou des instructions d'Andrea. Les autres chapitres alternent le point de vue des deux sœurs.

Andrea est un personnage hors du commun, ancienne actrice, excentrique et pour qui ses filles comptent plus que tout. Leur dispute l'a tellement affectée qu'elle imagine ce drôle d'abécédaire pour tenter le tout pour le tout même d'outre-tombe. Rose, l'aîné, est la plus faible des deux sœurs et sa faiblesse entraînera les deux sœurs dans une querelle qui n'aurait pas dû avoir lieu... Mais là, je juge ! Poppy était une enfant forte, mais complexée que la vie et la querelle avec sa sœur ont complètement transformée. Toutes les deux vont faire un travail d'introspection, mais aussi s'ouvrir au dialogue avec l'autre. Il y a quelques belles leçons de vie à méditer sur la rancœur et le pardon. Le livre est étiqueté Feel Good. Je n'ai jamais su à quoi correspond exactement cette catégorie de livre. Feel Good en anglais veut dire Se sentir bien. Toujours est-il que ce n'est pas ce qu'il ressort de ce livre. Ce serait plutôt de la mélancolie.

Je conclurais tout de même sur une note positive : je me suis prise au jeu de l'abécédaire en voulant savoir ce qui attendait les deux héroïnes à chaque lettre.